Il est interdit d'interdire

IL EST INTERDIT D’INTERDIRE !

Martin Melbye - Blog - 2.png

Il n’existe qu’une interdiction lorsque vous traitez un patient qui souffre d’une hernie discale, c’est d’interdire à votre patient une activité, peu importe laquelle. Je ne connais aucune bonne raison d’interdire certaines activités à ce genre de patient. Si vous choisissez d’interdire votre patient de faire certaines choses, vous vous exposez à 3 risques potentiels. Plus de détails ci-dessous :

LES RISQUES D’INTERDIRE

Je rencontre souvent des patients qui souffrent d’une hernie discale et à qui un médecin ou un kinésithérapeute bien intentionné a interdit de pratiquer certaines activités. De mon point de vue, ces interdictions ont plusieurs effets délétères :

1.     Le patient va éviter d’effectuer certaines activités de la vie quotidienne, sans aucune raison valable, et souffrira d’une limitation inutile de sa fonction. De façon générale, il est admis que l’activité physique favorise la guérison naturelle des hernies discales. Pourtant, les kinésithérapeutes paraissent trop prudents dans la prise en charge de ces patients. L’inquiétude plane : est-ce que le patient ne va pas en faire trop ? Si jamais il faisait quelque chose qui provoquait une lésion supplémentaire ? Soyez certains qu’il va ressentir une exacerbation de ses symptômes, bien avant que quoi que ce soit de terrible n’arrive à son corps.

2.     Sous l’effet des restrictions, certains patients peuvent développer une peur du mouvement et de l’activité physique. Nous avons tous rencontré des patients qui ont peur de bouger, des patients très anxieux dès qu’ils ressentent une douleur. Aucune raison ne justifie de générer une telle anxiété chez un patient, d’autant plus qu’il peut être très difficile d’y mettre fin.

3.     Les patients sont intelligents, et certains vont perdre la confiance qu’ils vous portent si vous leur interdisez certaines activités. Un bon nombre de patients ont une bonne idée de ce dont leur corps est capable. Lorsque vous leur interdisez une activité qu’ils se sentent capable de faire, vous leur montrez que votre connaissance de leur problème est plutôt limitée.

REPENSEZ CERTAINES IDÉES SPONTANÉES

La prochaine fois que vous envisagez d’interdire de pratiquer certaines activités ou certains mouvements à un patient souffrant d’une hernie discale, réfléchissez-y à deux fois. Voulez-vous vraiment interdire à vos patients de faire certaines choses ? Ne préféreriez-vous pas avoir confiance dans le fait que votre patient s’arrêtera de lui-même, puisque si jamais il fait quelque chose de potentiellement préjudiciable à son corps, ses symptômes vont le prévenir ? Remarquez la prochaine fois que vous vous trouvez dans cette situation. Vous allez peut-être vous trouver surpris de voir à quel point le corps humain est fort et robuste.

Aalborg Rygklinik_ND86960.jpg

Martin Melbye, PT, Dip. MDT

Prise en charge des tendinopathies latérales du coude : pas de recette universelle.

D'après l'article de Coombes, Bisset et Vincenzino publié dans JOSPT en Novembre 2015 (Vol. 45, N°11, p.938-949)

Traduction, résumé et commentaire de Guillaume Deville

Résumé de l’article :

Introduction

Une absence de consensus subsiste pour le traitement des tendinopathies latérales du coude (TLC). L’histoire naturelle de cette pathologie permet une amélioration significative de 83 à 90% des patients à 1 an (11,102). Mais malgré les traitements mis en œuvre, un inconfort persiste pour un tiers des patients, et les récurrences sont fréquentes (9,14,50). Finalement, le traitement conservateur échoue parfois, et jusqu'à 5% des patients ont recourt à la chirurgie (55,61).
Les auteurs affirment qu’appliquer la même intervention à l'ensemble des patients victimes d’une de TLC a peu de chance d'être systématiquement efficace. Ils évoquent 6 facteurs susceptibles d’orienter les choix en rééducation. Et ils proposent un algorithme préliminaire permettant d’offrir une prise en charge différenciée des TLC, en fonction de sous-groupes de patients. Ils précisent toutefois le besoin, pour cet algorithme, de s'affiner au fur et à mesure de la publication de nouvelles données pertinente. De plus, il ne pourra être réellement légitime qu’après avoir été évalué.

Une pathologie multidimensionnelle (27)
Il existe une discordance entre la sévérité clinique et l’état de la structure tissulaire dans le cadre des tendinopathies (fort niveau de preuves) (34,46). Par conséquent, se focaliser uniquement sur la structure conduit à des impasses thérapeutiques.
Les auteurs rappellent toutefois que les modifications tissulaires s’observent le plus souvent au niveau des fibres profondes et antérieures du court extenseur radial du carpe, portion commune à l'origine de l'extenseur commun (7,20). Une intrication de ces mêmes fibres avec le ligament collatéral latéral peut expliquer l'observation de modifications tissulaires pour ce ligament dans les présentations cliniques les plus sévères de TLC.

Examen clinique
Le diagnostic de TLC est purement clinique. Il nécessite de pouvoir reproduire la douleur du patient d'une des trois manières suivantes :

·      Palpation

·      Extension résistée du poignet, de l'index ou du majeur

·      Serrage d'un objet.

L’examen clinique s’intéressera également à identifier la présence d’une instabilité, d’une implication du rachis cervical ou thoracique, et testera le nerf radial.

Critères d'évaluation de résultat de traitement
Le Patient Rated Tennis Elbow Evaluation (PRTEE), qu’il est possible de traduire par « évaluation du tennis elbow chiffrée par le patient », est un outil fiable et valide pour mesurer la douleur et l'incapacité des patients souffrant d’une TLC (71,94). Ce score donne un résultat sur 100 où :

·      0 = absence de douleur et d'incapacité

·      100 = pires niveaux de douleur et d'incapacité

Le pain-free grip test, ou « test de serrage sans douleur » constitue une mesure clinique fiable, valide et sensible de déficit de production de force lié à une TLC (106). Ce test consiste à serrer un dynamomètre jusqu'au 1er point de douleur.
Le Patient-Specific Functional Scale (PSFS), ou « Echelle de mesure de fonction spécifique au patient », est un moyen fiable, valide pour évaluer l’impact d’une TLC sur les capacités fonctionnelles d’un patient. Il s’agit pour le patient de choisir de 3 à 5 activités qui lui posent problème, et pour lesquelles il évalue son niveau de difficulté à effectuer l’activité sur une EVA :

·      0 = impossible

·      10 = possible d'effectuer l'activité au même niveau qu'avant la survenue des symptômes

La différence minimum cliniquement importante pour le PSFS est égale à 1,2 points (48).

Imagerie Diagnostique
L’échographie et l’IRM jouissent d’une haute sensibilité mais malheureusement d’une spécificité limitée pour détecter des modifications tissulaires dans le cadre de tendinopathies (34,46,79) Les auteurs rappellent à nouveau le manque d'association entre la sévérité des modifications tissulaires et les symptômes dans le cadre des TLC (17,117).

Toutefois, la présence d'une déchirure du LCL et la taille d'une déchirure tendineuse détectée à l'échographie ont été associées à un moins bon pronostic pour l’amélioration des patients porteurs d'une TLC (18).
De plus, l’absence de signe tissulaire à l'échographie permet d'exclure le diagnostic de TLC (34,46).

Diagnostic différentiel
Un certain nombre de diagnostics différentiels existent en cas de douleur latérale du coude. Mais ces diagnostics souffrent d'un manque de définition et de critères diagnostics universellement acceptés (44,51) :

·      Arthrose locale

·      pathologie intra articulaire

·      pathologie de la tête radiale

·      syndrome du canal radial

·      piégeage du nerf interosseux postérieur

·      douleur référée ou radiculopathie cervicale

·      instabilité rotatoire postéro-latérale

·      douleur du bras non-spécifique.

 

Facteurs pronostics
Pathologie tendineuse
Pour améliorer le pronostic d’un patient, les auteurs suggèrent de suivre les stades du continuum de Jill Cook et Craig Purdam (21) et d’adapter la prise en charge en conséquence.

Sévérité douleur et incapacité
Des niveaux de douleur et d’incapacité élevés constituent des facteurs pronostics de mauvais résultat de traitement. Les auteurs mentionnent la présence de sensibilisation centrale du système nerveux avec notamment l’observation éventuelle d’une hyperalgie mécanique diffuse, et d’une hyperalgie au froid. Cliniquement, l’hyperalgie au froid est diagnostiquée en cas de la production d’une douleur à 5/10 ou plus après application de glace pendant 10 secondes.  Lorsque ce test clinique simple est positif, le patient a 90% de probabilité de tester positif à des évaluations plus poussées pour la détection d’une hyperalgie au froid (69).

Douleur concomitante du rachis cervical ou de l'épaule (102)
Les résultats de traitement sont moins bons lorsque des déficits co-existants au niveau du rachis cervical, ou de l’épaule, ne sont pas traités.

Déficit neuromusculaires associés
Une perte de force au serrage peut persister malgré la résolution des symptômes, ainsi que l’adoption d’une position du poignet plus en flexion toujours lors du serrage(13), ou encore une faiblesse du court extenseur radial du carpe (3), voire une faiblesse diffuse du membre supérieur (3).

Facteurs psychosociaux et facteurs liés au travail
Les facteurs de mauvais pronostic sont la manipulation d'outils, de charges lourdes, les mouvements répétitifs, et l’absence de contrôle du travailleur sur les contraintes qu’il subit sur son lieu de travail.

Traitements disponibles
Traitements pharmacologiques
La cortisone soulage la douleur à court terme mais les patients infiltrés évoluent moins bien à 6 mois et 1 an qu'en l'absence de traitement ou s’ils ont suivi une prise en charge en kinésithérapie (26).
Le PRP est simplement inefficace (32,62).
La prolothérapie et les patches d'oxide nitrique ont montré des effets positifs à long terme pour les patients porteurs d’une TLC depuis plus de 3 mois (76,88).

Thérapie manuelle
Il existe un niveau de preuves modéré pour l'effet immédiat de la thérapie manuelle sur la douleur et la force de serrage (81,111), et pour un bénéfice clinique à court terme si les procédures de thérapie manuelle sont associées à un programme d'exercices de difficulté graduelle (58).
Il existe un niveau de preuves modéré pour la thérapie manuelle administrée au rachis cervical et thoracique qui apporte un bénéfice clinique additionnel par rapport à l'utilisation exclusive de technique locale (coude) pour les patients porteurs de TLC et de déficits associés du rachis cervical ou thoracique (19)

Exercices thérapeutiques
Chez des patients chroniques, les exercices ont apporté une diminution plus importante et plus rapide de la douleur (83), moins d'arrêt de travail, moins de consultations médicales et une augmentation des capacités au travail (84).
Les recommandations générales pour les exercices sont les suivantes : application de résistance graduellement croissante ciblant les muscles extenseurs du poignet (104).
Les exercices de dissociation de mouvement du poignet et des doigts sont également recommandés pour prévenir la persistance de déficits du contrôle moteur (23,85).
Les exercices d'épaule sont indiqués en cas de déficits identifiés pour cette articulation (2)

Education
Il convient de rassurer le patient en l’informant sur l'évolution favorable de la pathologie lorsque le traitement est bien suivi.
Les auteurs suggèrent d’éviter les activités provocatrices de douleur.
Ils mentionnent également la pertinence des conseils ergonomiques (position du poignet au travail, mouvements répétés).

Proposition de recommandations de traitement : algorithme de prise en charge

 

Coombes 2015 - algorithme.png

Cliquez ici pour télécharger l'algorithme au format pdf :)

Commentaire personnel

 

Cet article constitue un bon état des lieux des connaissances actuelles sur la tendinopathie latérale du coude.

Tout d’abord, cette pathologie s’évalue et se traite comme tout autre tendinopathie : il s’agit bien d’un diagnostic clinique et le traitement consiste à modifier les contraintes mécaniques appliquées sur le tendon. D’un côté, les sollicitations provocatrices doivent être modulées. D’une part, l’éducation permettra à chaque patient d’identifier les contraintes excessives pertinentes pour lui, et les stratégies pour les adapter temporairement. Il devra parfois faire différemment (conseils ergonomiques), ou faire moins, et voire même suspendre certaines activités. Le kiné veillera à ce qu’il reprenne progressivement toutes les activités qui compte dans sa vie. D’autre part, il s’agira de redonner au tendon ses capacités à tolérer les contraintes mécaniques engendrées par la vie du patient. Pour cela, les exercices de renforcement graduels seront les plus pertinents. Les techniques de thérapie manuelle constitueront parfois un adjuvant utile pour aider le patient à mettre en place son programme d’exercices. Le kiné prendra en compte et de traitera d’éventuels déficits d’épaule ou du rachis cervical. Concernant l’aide pharmacologique, la prolothérapie et les patches d’oxyde nitrique semblent les seuls adjuvants qui jouissent d’une justification scientifique.

Concernant l’algorithme proposé par les auteurs, il découle naturellement comme la synthèse de leur analyse de la littérature actuelle.

Je salue le fait que le recours à l’imagerie est largement différé. En effet, la proposition est de n’utiliser l’imagerie seulement au bout de 8 à 12 semaines, en cas d’échec du traitement conservateur. De cette manière, le patient sera moins perturbé par l’observation d’une éventuelle modification tissulaire. En effet, nous rencontrons encore trop régulièrement des patients convaincus qu’ils ne peuvent pas guérir si on ne répare par la lésion « diagnostiquée à l’imagerie ». Et quand en plus on leur propose du renforcement… à savoir de tirer sur ces mêmes tissus abimés… l’incompréhension ne peut qu’augmenter. Heureusement que nos compétences en communication peuvent alors nous aider, mais que de temps et d’énergie à dépenser à cause d’une imagerie prématurée !

Pour revenir à l’algorithme, il me semble important de rappeler que l’objet n’est pas d’appliquer toutes les stratégies de traitement proposées. En effet, n’oublions surtout pas que la pratique fondée sur les preuves valorise le jugement du clinicien, tant sur la qualité de la science disponible à propos de la problématique rapportée par chaque patient, que sur son jugement clinique lui permettant de faire le tri et de choisir des stratégies adaptées à ce même patient, à ses objectifs, ses valeurs, ses préférences, mais aussi à sa présentation clinique. Le clinicien EBP n’applique pas aveuglement les recommandations issues d’articles scientifiques, il estime leur pertinence en fonction du patient qui se présente en face de lui.

Pour conclure, Coombes, Bisset et Vincenzino nous proposent une synthèse intéressante. Si vous voulez étudier plus en détails la prise en charge de la tendinopathie latérale du coude, je vous recommande chaudement la formation de Val Jones en mai prochain. Notre brillante intervenante vous enseignera les détails pratiques qui vous permettront d’accompagner vos patients sur le chemin de la guérison.

Guillaume Deville

Bibliographie

1.Alizadehkhaiyat O, Fisher AC, Kemp GJ, Frostick SP. Pain, functional disability, and psychologic status in tennis elbow. Clin J Pain. 2007; 23: 482– 489. http://dx.doi.org/10.1097/AJP.0b013e31805f70fa [Crossref] [Medline]

2.Alizadehkhaiyat O, Fisher AC, Kemp GJ, Vishwanathan K, Frostick SP. Assessment of functional recovery in tennis elbow. J Electromyogr Kinesiol. 2009; 19: 631– 638. http://dx.doi.org/10.1016/j.jelekin.2008.01.008 [Crossref] [Medline]

3.Alizadehkhaiyat O, Fisher AC, Kemp GJ, Vishwanathan K, Frostick SP. Upper limb muscle imbalance in tennis elbow: a functional and electromyographic assessment. J Orthop Res. 2007; 25: 1651– 1657. http://dx.doi.org/10.1002/jor.20458 [Crossref] [Medline]

4.Anakwenze OA, Kancherla VK, Iyengar J, Ahmad CS, Levine WN. Posterolateral rotatory instability of the elbow. Am J Sports Med. 2014; 42: 485– 491. http://dx.doi.org/10.1177/0363546513494579 [Crossref] [Medline]

5.Arvind CH, Hargreaves DG. Table top relocation test—new clinical test for posterolateral rotatory instability of the elbow. J Shoulder Elbow Surg. 2006; 15: 500– 501. http://dx.doi.org/10.1016/j.jse.2005.11.014 [Crossref] [Medline]

6.Beneciuk JM, Bishop MD, George SZ. Effects of upper extremity neural mobilization on thermal pain sensitivity: a sham-controlled study in asymptomatic participants. J Orthop Sports Phys Ther. 2009; 39: 428– 438. http://dx.doi.org/10.2519/jospt.2009.2954 [Link]

7.Benjamin M, Toumi H, Ralphs JR, Bydder G, Best TM, Milz S. Where tendons and ligaments meet bone: attachment sites ('entheses') in relation to exercise and/or mechanical load. J Anat. 2006; 208: 471– 490. http://dx.doi.org/10.1111/j.1469-7580.2006.00540.x [Crossref] [Medline]

8.Berglund KM, Persson BH, Denison E. Prevalence of pain and dysfunction in the cervical and thoracic spine in persons with and without lateral elbow pain. Man Ther. 2008; 13: 295– 299. http://dx.doi.org/10.1016/j.math.2007.01.015 [Crossref] [Medline]

9.Binder AI, Hazleman BL. Lateral humeral epicondylitis—a study of natural history and the effect of conservative therapy. Br J Rheumatol. 1983; 22: 73– 76. http://dx.doi.org/10.1093/rheumatology/22.2.73 [Crossref] [Medline]

10.Bisset L, Beller E, Jull G, Brooks P, Darnell R, Vicenzino B. Mobilisation with movement and exercise, corticosteroid injection, or wait and see for tennis elbow: randomised trial. BMJ. 2006; 333: 939. http://dx.doi.org/10.1136/bmj.38961.584653.AE [Crossref] [Medline]

11.Bisset L, Smidt N, Van der Windt DA, et al. Conservative treatments for tennis elbow—do subgroups of patients respond differently? Rheumatology (Oxford). 2007; 46: 1601– 1605. http://dx.doi.org/10.1093/rheumatology/kem192 [Crossref] [Medline]

12.Bisset LM, Coppieters MW, Vicenzino B. Sensorimotor deficits remain despite resolution of symptoms using conservative treatment in patients with tennis elbow: a randomized controlled trial. Arch Phys Med Rehabil. 2009; 90: 1– 8. http://dx.doi.org/10.1016/j.apmr.2008.06.031 [Crossref] [Medline]

13.Bisset LM, Russell T, Bradley S, Ha B, Vicenzino BT. Bilateral sensorimotor abnormalities in unilateral lateral epicondylalgia. Arch Phys Med Rehabil. 2006; 87: 490– 495. http://dx.doi.org/10.1016/j.apmr.2005.11.029 [Crossref] [Medline]

14.Bot SD, van der Waal JM, Terwee CB, van der Windt DA, Bouter LM, Dekker J. Course and prognosis of elbow complaints: a cohort study in general practice. Ann Rheum Dis. 2005; 64: 1331– 1336. http://dx.doi.org/10.1136/ard.2004.030320 [Crossref] [Medline]

15.Bredella MA, Tirman PF, Fritz RC, Feller JF, Wischer TK, Genant HK. MR imaging findings of lateral ulnar collateral ligament abnormalities in patients with lateral epicondylitis. AJR Am J Roentgenol. 1999; 173: 1379– 1382. http://dx.doi.org/10.2214/ajr.173.5.10541124 [Crossref] [Medline]

16.Butler DS, Jones MA. Mobilisation of the Nervous System. London, UK: Churchill Livingstone; 1991.

17.Chourasia AO, Buhr KA, Rabago DP, et al. Relationships between biomechanics, tendon pathology, and function in individuals with lateral epicondylosis. J Orthop Sports Phys Ther. 2013; 43: 368– 378. http://dx.doi.org/10.2519/jospt.2013.4411 [Link]

18.Clarke AW, Ahmad M, Curtis M, Connell DA. Lateral elbow tendinopathy: correlation of ultrasound findings with pain and functional disability. Am J Sports Med. 2010; 38: 1209– 1214. http://dx.doi.org/10.1177/0363546509359066 [Crossref] [Medline]

19.Cleland JA, Flynn TW, Palmer JA. Incorporation of manual therapy directed at the cervicothoracic spine in patients with lateral epicondylalgia: a pilot clinical trial. J Man Manip Ther. 2005; 13: 143– 151. http://dx.doi.org/10.1179/106698105790824932 [Crossref]

20.Connell D, Burke F, Coombes P, et al. Sonographic examination of lateral epicondylitis. AJR Am J Roentgenol. 2001; 176: 777– 782. http://dx.doi.org/10.2214/ajr.176.3.1760777 [Crossref] [Medline]

21.Cook JL, Purdam CR. Is tendon pathology a continuum? A pathology model to explain the clinical presentation of load-induced tendinopathy. Br J Sports Med. 2009; 43: 409– 416. http://dx.doi.org/10.1136/bjsm.2008.051193 [Crossref] [Medline]

22.Coombes BK, Bisset L, Brooks P, Khan A, Vicenzino B. Effect of corticosteroid injection, physiotherapy, or both on clinical outcomes in patients with unilateral lateral epicondylalgia: a randomized controlled trial. JAMA. 2013; 309: 461– 469. http://dx.doi.org/10.1001/jama.2013.129 [Crossref] [Medline]

23.Coombes BK, Bisset L, Connelly LB, Brooks P, Vicenzino B. Optimising corticosteroid injection for lateral epicondylalgia with the addition of physiotherapy: a protocol for a randomised control trial with placebo comparison. BMC Musculoskelet Disord. 2009; 10: 76. http://dx.doi.org/10.1186/1471-2474-10-76 [Crossref] [Medline]

24.Coombes BK, Bisset L, Vicenzino B. Bilateral cervical dysfunction in patients with unilateral lateral epicondylalgia without concomitant cervical or upper limb symptoms: a cross-sectional case-control study. J Manipulative Physiol Ther. 2014; 37: 79– 86. http://dx.doi.org/10.1016/j.jmpt.2013.12.005 [Crossref] [Medline]

25.Coombes BK, Bisset L, Vicenzino B. Cold hyperalgesia associated with poorer prognosis in lateral epicondylalgia: a 1-year prognostic study of physical and psychological factors. Clin J Pain. 2015; 31: 30– 35. http://dx.doi.org/10.1097/AJP.0000000000000078 [Crossref] [Medline]

26.Coombes BK, Bisset L, Vicenzino B. Efficacy and safety of corticosteroid injections and other injections for management of tendinopathy: a systematic review of randomised controlled trials. Lancet. 2010; 376: 1751– 1767. http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(10)61160-9 [Crossref] [Medline]

27.Coombes BK, Bisset L, Vicenzino B. A new integrative model of lateral epicondylalgia. Br J Sports Med. 2009; 43: 252– 258. http://dx.doi.org/10.1136/bjsm.2008.052738 [Crossref] [Medline]

28.Coombes BK, Bisset L, Vicenzino B. Thermal hyperalgesia distinguishes those with severe pain and disability in unilateral lateral epicondylalgia. Clin J Pain. 2012; 28: 595– 601. http://dx.doi.org/10.1097/AJP.0b013e31823dd333 [Crossref] [Medline]

29.Coombes BK, Connelly L, Bisset L, Vicenzino B. Economic evaluation favours physiotherapy but not corticosteroid injection as a first-line intervention for chronic lateral epicondylalgia: evidence from a randomised clinical trial. Br J Sports Med. In press. http://dx.doi.org/10.1136/bjsports-2015-094729

30.Coronado RA, Gay CW, Bialosky JE, Carnaby GD, Bishop MD, George SZ. Changes in pain sensitivity following spinal manipulation: a systematic review and meta-analysis. J Electromyogr Kinesiol. 2012; 22: 752– 767. http://dx.doi.org/10.1016/j.jelekin.2011.12.013 [Crossref] [Medline]

31.Croisier JL, Foidart-Dessalle M, Tinant F, Crielaard JM, Forthomme B. An isokinetic eccentric programme for the management of chronic lateral epicondylar tendinopathy. Br J Sports Med. 2007; 41: 269– 275. http://dx.doi.org/10.1136/bjsm.2006.033324 [Crossref] [Medline]

32.de Vos RJ, van Veldhoven PL, Moen MH, Weir A, Tol JL, Maffulli N. Autologous growth factor injections in chronic tendinopathy: a systematic review. Br Med Bull. 2010; 95: 63– 77. http://dx.doi.org/10.1093/bmb/ldq006 [Crossref] [Medline]

33.Dorf ER, Chhabra AB, Golish SR, McGinty JL, Pannunzio ME. Effect of elbow position on grip strength in the evaluation of lateral epicondylitis. J Hand Surg Am. 2007; 32: 882– 886. http://dx.doi.org/10.1016/j.jhsa.2007.04.010 [Crossref] [Medline]

34.du Toit C, Stieler M, Saunders R, Bisset L, Vicenzino B. Diagnostic accuracy of power Doppler ultrasound in patients with chronic tennis elbow. Br J Sports Med. 2008; 42: 872– 876. http://dx.doi.org/10.1136/bjsm.2007.043901 [Crossref] [Medline]

35.Dzugan SS, Savoie FH, 3rd, Field LD, O'Brien MJ, You Z. Acute radial ulno-humeral ligament injury in patients with chronic lateral epicondylitis: an observational report. J Shoulder Elbow Surg. 2012; 21: 1651– 1655. http://dx.doi.org/10.1016/j.jse.2012.04.008 [Crossref] [Medline]

36.Fernández-Carnero J, Fernández-de-las-Peñas C, de la Llave-Rincón AI, Ge HY, Arendt-Nielsen L. Widespread mechanical pain hypersensitivity as sign of central sensitization in unilateral epicondylalgia: a blinded, controlled study. Clin J Pain. 2009; 25: 555– 561. http://dx.doi.org/10.1097/AJP.0b013e3181a68a040 [Crossref] [Medline]

37.Fernández-Carnero J, Fernández-de-las-Peñas C, Sterling M, Souvlis T, Arendt-Nielsen L, Vicenzino B. Exploration of the extent of somato-sensory impairment in patients with unilateral lateral epicondylalgia. J Pain. 2009; 10: 1179– 1185. http://dx.doi.org/10.1016/j.jpain.2009.04.015 [Crossref] [Medline]

38.Finestone HM, Rabinovitch DL. Tennis elbow no more: practical eccentric and concentric exercises to heal the pain. Can Fam Physician. 2008; 54: 1115– 1116. [Medline]

39.Frick MA, Murthy NS. Imaging of the elbow: muscle and tendon injuries. Semin Musculoskelet Radiol. 2010; 14: 430– 437. http://dx.doi.org/10.1055/s-0030-1263258 [Crossref] [Medline]

40.Garnevall B, Rabey M, Edman G. Psychosocial and personality factors and physical measures in lateral epicondylalgia reveal two groups of “tennis elbow” patients, requiring different management. Scand J Pain. 2013; 4: 155– 162. http://dx.doi.org/10.1016/j.sjpain.2013.05.001 [Crossref]

41.Gruchow HW, Pelletier D. An epidemiologic study of tennis elbow. Incidence, recurrence, and effectiveness of prevention strategies. Am J Sports Med. 1979; 7: 234– 238. [Crossref] [Medline]

42.Haahr JP, Andersen JH. Prognostic factors in lateral epicondylitis: a randomized trial with one-year follow-up in 266 new cases treated with minimal occupational intervention or the usual approach in general practice. Rheumatology (Oxford). 2003; 42: 1216– 1225. http://dx.doi.org/10.1093/rheumatology/keg360 [Crossref] [Medline]

43.Hamilton PG. The prevalence of humeral epicondylitis: a survey in general practice. J R Coll Gen Pract. 1986; 36: 464– 465. [Medline]

44.Harrington JM, Carter JT, Birrell L, Gompertz D. Surveillance case definitions for work related upper limb pain syndromes. Occup Environ Med. 1998; 55: 264– 271. http://dx.doi.org/10.1136/oem.55.4.264 [Crossref] [Medline]

45.Häuser W, Bernardy K, Üçeyler N, Sommer C. Treatment of fibromyalgia syndrome with antidepressants: a meta-analysis. JAMA. 2009; 301: 198– 209. http://dx.doi.org/10.1001/jama.2008.944 [Crossref] [Medline]

46.Heales LJ, Broadhurst N, Mellor R, Hodges PW, Vicenzino B. Diagnostic ultrasound imaging for lateral epicondylalgia: a case-control study. Med Sci Sports Exerc. 2014; 46: 2070– 2076. http://dx.doi.org/10.1249/MSS.0000000000000345 [Crossref] [Medline]

47.Heales LJ, Lim EC, Hodges PW, Vicenzino B. Sensory and motor deficits exist on the non-injured side of patients with unilateral tendon pain and disability—implications for central nervous system involvement: a systematic review with meta-analysis. Br J Sports Med. 2014; 48: 1400– 1406. http://dx.doi.org/10.1136/bjsports-2013-092535 [Crossref] [Medline]

48.Hefford C, Abbott JH, Arnold R, Baxter GD. The Patient-Specific Functional Scale: validity, reliability, and responsiveness in patients with upper extremity musculoskeletal problems. J Orthop Sports Phys Ther. 2012; 42: 56– 65. http://dx.doi.org/10.2519/jospt.2012.3953 [Link]

49.Hill JC, Whitehurst DG, Lewis M, et al. Comparison of stratified primary care management for low back pain with current best practice (STarT Back): a randomised controlled trial. Lancet. 2011; 378: 1560– 1571. http://dx.doi.org/10.1016/S0140-6736(11)60937-9 [Crossref] [Medline]

50.Hudak PL, Cole DC, Haines AT. Understanding prognosis to improve rehabilitation: the example of lateral elbow pain. Arch Phys Med Rehabil. 1996; 77: 586– 593. http://dx.doi.org/10.1016/S0003-9993(96)90300-7 [Crossref] [Medline]

51.Huisstede BM, Miedema HS, Verhagen AP, Koes BW, Verhaar JA. Multidisciplinary consensus on the terminology and classification of complaints of the arm, neck and/or shoulder. Occup Environ Med. 2007; 64: 313– 319. http://dx.doi.org/10.1136/oem.2005.023861 [Crossref] [Medline]

52.Jonsson P, Alfredson H, Sunding K, Fahlström M, Cook J. New regimen for eccentric calf-muscle training in patients with chronic insertional Achilles tendinopathy: results of a pilot study. Br J Sports Med. 2008; 42: 746– 749. http://dx.doi.org/10.1136/bjsm.2007.039545 [Crossref] [Medline]

53.Jull G, Sterling M, Kenardy J, Beller E. Does the presence of sensory hypersensitivity influence outcomes of physical rehabilitation for chronic whiplash? — A preliminary RCT. Pain. 2007; 129: 28– 34. http://dx.doi.org/10.1016/j.pain.2006.09.030 [Crossref] [Medline]

54.Kalainov DM, Cohen MS. Posterolateral rotatory instability of the elbow in association with lateral epicondylitis. A report of three cases. J Bone Joint Surg Am. 2005; 87: 1120– 1125. http://dx.doi.org/10.2106/JBJS.D.02293 [Crossref] [Medline]

55.Karkhanis S, Frost A, Maffulli N. Operative management of tennis elbow: a quantitative review. Br Med Bull. 2008; 88: 171– 188. http://dx.doi.org/10.1093/bmb/ldn036 [Crossref] [Medline]

56.Keefe DT, Lintner DM. Nerve injuries in the throwing elbow. Clin Sports Med. 2004; 23: 723– 742. http://dx.doi.org/10.1016/j.csm.2004.04.012 [Crossref] [Medline]

57.Khan KM, Forster BB, Robinson J, et al. Are ultrasound and magnetic resonance imaging of value in assessment of Achilles tendon disorders? A two year prospective study. Br J Sports Med. 2003; 37: 149– 153. http://dx.doi.org/10.1136/bjsm.37.2.149 [Crossref] [Medline]

58.Kochar M, Dogra A. Effectiveness of a specific physiotherapy regimen on patients with tennis elbow: clinical study. Physiotherapy. 2002; 88: 333– 341. http://dx.doi.org/10.1016/S0031-9406(05)60746-8 [Crossref]

59.Konin GP, Nazarian LN, Walz DM. US of the elbow: indications, technique, normal anatomy, and pathologic conditions. Radiographics. 2013; 33: E125– E147. http://dx.doi.org/10.1148/rg.334125059 [Crossref] [Medline]

60.Kotnis NA, Chiavaras MM, Harish S. Lateral epicondylitis and beyond: imaging of lateral elbow pain with clinical-radiologic correlation. Skeletal Radiol. 2012; 41: 369– 386. http://dx.doi.org/10.1007/s00256-011-1343-8 [Crossref] [Medline]

61.Kraushaar BS, Nirschl RP. Tendinosis of the elbow (tennis elbow). Clinical features and findings of histological, immunohistochemical, and electron microscopy studies. J Bone Joint Surg Am. 1999; 81: 259– 278. [Crossref] [Medline]

62.Krogh TP, Fredberg U, Stengaard-Pedersen K, Christensen R, Jensen P, Ellingsen T. Treatment of lateral epicondylitis with platelet-rich plasma, glucocorticoid, or saline: a randomized, double-blind, placebo-controlled trial. Am J Sports Med. 2013; 41: 625– 635. http://dx.doi.org/10.1177/0363546512472975 [Crossref] [Medline]

63.Kurppa K, Viikari-Juntura E, Kuosma E, Huuskonen M, Kivi P. Incidence of tenosynovitis or peritendinitis and epicondylitis in a meat-processing factory. Scand J Work Environ Health. 1991; 17: 32– 37. http://dx.doi.org/10.5271/sjweh.1737 [Crossref] [Medline]

64.Labelle H, Guibert R, Joncas J, Newman N, Fallaha M, Rivard CH. Lack of scientific evidence for the treatment of lateral epicondylitis of the elbow. An attempted meta-analysis. J Bone Joint Surg Br. 1992; 74: 646– 651. [Medline]

65.Lee DO, Gong HS, Kim JH, Rhee SH, Lee YH, Baek GH. The relationship between positive or negative phrasing and patients' coping with lateral epicondylitis. J Shoulder Elbow Surg. 2014; 23: 567– 572. http://dx.doi.org/10.1016/j.jse.2014.01.020 [Crossref] [Medline]

66.Lim EC. Pain free grip strength test. J Physiother. 2013; 59: 59. http://dx.doi.org/10.1016/S1836-9553(13)70152-8 [Crossref] [Medline]

67.Lim EC, Sterling M, Pedler A, Coombes BK, Vicenzino B. Evidence of spinal cord hyperexcitability as measured with nociceptive flexion reflex (NFR) threshold in chronic lateral epicondylalgia with or without a positive neurodynamic test. J Pain. 2012; 13: 676– 684. http://dx.doi.org/10.1016/j.jpain.2012.04.005 [Crossref] [Medline]

68.Martinez-Silvestrini JA, Newcomer KL, Gay RE, Schaefer MP, Kortebein P, Arendt KW. Chronic lateral epicondylitis: comparative effectiveness of a home exercise program including stretching alone versus stretching supplemented with eccentric or concentric strengthening. J Hand Ther. 2005; 18: 411– 419, quiz 420. http://dx.doi.org/10.1197/j.jht.2005.07.007 [Crossref] [Medline]

69.Maxwell S, Sterling M. An investigation of the use of a numeric pain rating scale with ice application to the neck to determine cold hyperalgesia. Man Ther. 2013; 18: 172– 174. http://dx.doi.org/10.1016/j.math.2012.07.004 [Crossref] [Medline]

70.Milz S, Tischer T, Buettner A, et al. Molecular composition and pathology of entheses on the medial and lateral epicondyles of the humerus: a structural basis for epicondylitis. Ann Rheum Dis. 2004; 63: 1015– 1021. http://dx.doi.org/10.1136/ard.2003.016378 [Crossref] [Medline]

71.Newcomer KL, Martinez-Silvestrini JA, Schaefer MP, Gay RE, Arendt KW. Sensitivity of the Patient-rated Forearm Evaluation Questionnaire in lateral epicondylitis. J Hand Ther. 2005; 18: 400– 406. http://dx.doi.org/10.1197/j.jht.2005.07.001 [Crossref] [Medline]

72.Nijs J, Kosek E, Van Oosterwijck J, Meeus M. Dysfunctional endogenous analgesia during exercise in patients with chronic pain: to exercise or not to exercise? Pain Physician 2012; 15: ES205– ES213. [Medline]

73.Nijs J, Van Houdenhove B. From acute musculoskeletal pain to chronic widespread pain and fibromyalgia: application of pain neurophysiology in manual therapy practice. Man Ther. 2009; 14: 3– 12. http://dx.doi.org/10.1016/j.math.2008.03.001 [Crossref] [Medline]

74.Nijs J, Van Houdenhove B, Oostendorp RA. Recognition of central sensitization in patients with musculoskeletal pain: application of pain neurophysiology in manual therapy practice. Man Ther. 2010; 15: 135– 141. http://dx.doi.org/10.1016/j.math.2009.12.001 [Crossref] [Medline]

75.O'Driscoll SW. Classification and evaluation of recurrent instability of the elbow. Clin Orthop Relat Res. 2000: 34– 43. [Crossref] [Medline]

76.Paoloni JA, Appleyard RC, Nelson J, Murrell GA. Topical nitric oxide application in the treatment of chronic extensor tendinosis at the elbow: a randomized, double-blinded, placebo-controlled clinical trial. Am J Sports Med. 2003; 31: 915– 920. [Medline]

77.Paoloni JA, Murrell GA, Burch RM, Ang RY. Randomised, double-blind, placebo-controlled clinical trial of a new topical glyceryl trinitrate patch for chronic lateral epicondylosis. Br J Sports Med. 2009; 43: 299– 302. http://dx.doi.org/10.1136/bjsm.2008.053108 [Crossref] [Medline]

78.Papatheodorou LK, Baratz ME, Sotereanos DG. Elbow arthritis: current concepts. J Hand Surg Am. 2013; 38: 605– 613. http://dx.doi.org/10.1016/j.jhsa.2012.12.037 [Crossref] [Medline]

79.Pasternack I, Tuovinen EM, Lohman M, Vehmas T, Malmivaara A. MR findings in humeral epicondylitis. A systematic review. Acta Radiol. 2001; 42: 434– 440. http://dx.doi.org/10.1080/028418501127347142 [Medline]

80.Pattanittum P, Turner T, Green S, Buchbinder R. Non-steroidal anti-inflammatory drugs (NSAIDs) for treating lateral elbow pain in adults. Cochrane Database Syst Rev. 2013; 5: CD003686. http://dx.doi.org/10.1002/14651858.CD003686.pub2 [Medline]

81.Paungmali A, O'Leary S, Souvlis T, Vicenzino B. Hypoalgesic and sympathoexcitatory effects of mobilization with movement for lateral epicondylalgia. Phys Ther. 2003; 83: 374– 383. [Medline]

82.Peterson M, Butler S, Eriksson M, Svärdsudd K. A randomized controlled trial of eccentric vs. concentric graded exercise in chronic tennis elbow (lateral elbow tendinopathy). Clin Rehabil. 2014; 28: 862– 872. http://dx.doi.org/10.1177/0269215514527595 [Crossref] [Medline]

83.Peterson M, Butler S, Eriksson M, Svärdsudd K. A randomized controlled trial of exercise versus wait-list in chronic tennis elbow (lateral epicondylosis). Ups J Med Sci. 2011; 116: 269– 279. http://dx.doi.org/10.3109/03009734.2011.600476 [Crossref] [Medline]

84.Pienimäki T, Karinen P, Kemilä T, Koivukangas P, Vanharanta H. Long-term follow-up of conservatively treated chronic tennis elbow patients. A prospective and retrospective analysis. Scand J Rehabil Med. 1998; 30: 159– 166. [Crossref] [Medline]

85.Pienimäki TT, Tarvainen TK, Siira PT, Vanharanta H. Progressive strengthening and stretching exercises and ultrasound for chronic lateral epicondylitis. Physiotherapy. 1996; 82: 522– 530. http://dx.doi.org/10.1016/S0031-9406(05)66275-X [Crossref]

86.Poltawski L, Watson T. Measuring clinically important change with the Patient-rated Tennis Elbow Evaluation. Hand Ther. 2011; 16: 52– 57. http://dx.doi.org/10.1258/ht.2011.011013 [Crossref]

87.Qi L, Zhu ZF, Li F, Wang RF. MR imaging of patients with lateral epicondylitis of the elbow: is the common extensor tendon an isolated lesion? PLoS One. 2013; 8: e79498. http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0079498 [Crossref] [Medline]

88.Rabago D, Lee KS, Ryan M, et al. Hypertonic dextrose and morrhuate sodium injections (prolotherapy) for lateral epicondylosis (tennis elbow): results of a single-blind, pilot-level, randomized controlled trial. Am J Phys Med Rehabil. 2013; 92: 587– 596. http://dx.doi.org/10.1097/PHM.0b013e31827d695f [Crossref] [Medline]

89.Raman J, MacDermid JC, Grewal R. Effectiveness of different methods of resistance exercises in lateral epicondylosis—a systematic review. J Hand Ther. 2012; 25: 5– 25, quiz 26. http://dx.doi.org/10.1016/j.jht.2011.09.001 [Crossref] [Medline]

90.Ranger TA, Braybon WM, Purdam CR, Cook JL. Forearm position's alteration of radial-head impingement on wrist-extensor tendons. J Sport Rehabil. 2015; 24: 1– 5. http://dx.doi.org/10.1123/JSR.2013-0073 [Crossref] [Medline]

91.Rebbeck T, Moloney N, Azoory R, et al. Clinical ratings of pain sensitivity correlate with quantitative measures in people with chronic neck pain and healthy controls: cross-sectional study. Phys Ther. In press. http://dx.doi.org/10.2522/ptj.20140352. [Medline]

92.Reichel LM, Milam GS, Sitton SE, Curry MC, Mehlhoff TL. Elbow lateral collateral ligament injuries. J Hand Surg Am. 2013; 38: 184– 201, quiz 201. http://dx.doi.org/10.1016/j.jhsa.2012.10.030 [Crossref] [Medline]

93.Rio E, Kidgell D, Cook J. Exercise reduces pain immediately and affects cortical inhibition in patellar tendinopathy [abstract]. Br J Sports Med. 2014; 48: A57– A58. http://dx.doi.org/10.1136/bjsports-2014-094114.87 [Crossref] [Medline]

94.Rompe JD, Overend TJ, MacDermid JC. Validation of the Patient-rated Tennis Elbow Evaluation Questionnaire. J Hand Ther. 2007; 20: 3– 10, quiz 11. http://dx.doi.org/10.1197/j.jht.2006.10.003 [Crossref] [Medline]

95.Rosenbaum R. Disputed radial tunnel syndrome. Muscle Nerve. 1999; 22: 960– 967. http://dx.doi.org/10.1002/(SICI)1097-4598(199907)22:7<960::AID-MUS26>3.0.CO;2-C [Crossref] [Medline]

96.Ruch DS, Papadonikolakis A, Campolattaro RM. The posterolateral plica: a cause of refractory lateral elbow pain. J Shoulder Elbow Surg. 2006; 15: 367– 370. http://dx.doi.org/10.1016/j.jse.2005.08.013 [Crossref] [Medline]

97.Schabrun SM, Hodges PW, Vicenzino B, Jones E, Chipchase LS. Novel adaptations in motor cortical maps: the relation to persistent elbow pain. Med Sci Sports Exerc. 2015; 47: 681– 690. http://dx.doi.org/10.1249/MSS.0000000000000469 [Crossref] [Medline]

98.Schmid AB, Brunner F, Luomajoki H, et al. Reliability of clinical tests to evaluate nerve function and mechanosensitivity of the upper limb peripheral nervous system. BMC Musculoskelet Disord. 2009; 10: 11. http://dx.doi.org/10.1186/1471-2474-10-11 [Crossref] [Medline]

99.Shiri R, Viikari-Juntura E, Varonen H, Heliövaara M. Prevalence and determinants of lateral and medial epicondylitis: a population study. Am J Epidemiol. 2006; 164: 1065– 1074. http://dx.doi.org/10.1093/aje/kwj325 [Crossref] [Medline]

100.Silbernagel KG, Thomeé R, Eriksson BI, Karlsson J. Continued sports activity, using a pain-monitoring model, during rehabilitation in patients with Achilles tendinopathy: a randomized controlled study. Am J Sports Med. 2007; 35: 897– 906. http://dx.doi.org/10.1177/0363546506298279 [Crossref] [Medline]

101.Smidt N, Assendelft WJ, Arola H, et al. Effectiveness of physiotherapy for lateral epicondylitis: a systematic review. Ann Med. 2003; 35: 51– 62. [Crossref] [Medline]

102.Smidt N, Lewis M, van der Windt DA, Hay EM, Bouter LM, Croft P. Lateral epicondylitis in general practice: course and prognostic indicators of outcome. J Rheumatol. 2006; 33: 2053– 2059. [Medline]

103.Snijders CJ, Volkers AC, Mechelse K, Vleeming A. Provocation of epicondylalgia lateralis (tennis elbow) by power grip or pinching. Med Sci Sports Exerc. 1987; 19: 518– 523. [Crossref] [Medline]

104.Stasinopoulos D, Stasinopoulou K, Johnson MI. An exercise programme for the management of lateral elbow tendinopathy. Br J Sports Med. 2005; 39: 944– 947. http://dx.doi.org/10.1136/bjsm.2005.019836 [Crossref] [Medline]

105.Sterling M, Hendrikz J, Kenardy J. Similar factors predict disability and posttraumatic stress disorder trajectories after whiplash injury. Pain. 2011; 152: 1272– 1278. http://dx.doi.org/10.1016/j.pain.2011.01.056 [Crossref] [Medline]

106.Stratford PW, Levy DR. Assessing valid change over time in patients with lateral epicondylitis at the elbow. Clin J Sport Med. 1994; 4: 88– 91. [Crossref]

107.Svernlov B, Adolfsson L. Non-operative treatment regime including eccentric training for lateral humeral epicondylalgia. Scand J Med Sci Sports. 2001; 11: 328– 334. [Crossref] [Medline]

108.van Rijn RM, Huisstede BM, Koes BW, Burdorf A. Associations between work-related factors and specific disorders at the elbow: a systematic literature review. Rheumatology (Oxford). 2009; 48: 528– 536. http://dx.doi.org/10.1093/rheumatology/kep013 [Crossref] [Medline]

109.Vicenzino B. Lateral epicondylalgia: a musculoskeletal physiotherapy perspective. Man Ther. 2003; 8: 66– 79. http://dx.doi.org/10.1016/S1356-689X(02)00157-1 [Crossref] [Medline]

110.Vicenzino B, Brooksbank J, Minto J, Offord S, Paungmali A. Initial effects of elbow taping on pain-free grip strength and pressure pain threshold. J Orthop Sports Phys Ther. 2003; 33: 400– 407. http://dx.doi.org/10.2519/jospt.2003.33.7.400 [Link]

111.Vicenzino B, Paungmali A, Buratowski S, Wright A. Specific manipulative therapy treatment for chronic lateral epicondylalgia produces uniquely characteristic hypoalgesia. Man Ther. 2001; 6: 205– 212. http://dx.doi.org/10.1054/math.2001.0411 [Crossref] [Medline]

112.Vicenzino B, Paungmali A, Teys P. Mulligan's mobilization-with-movement, positional faults and pain relief: current concepts from a critical review of literature. Man Ther. 2007; 12: 98– 108. http://dx.doi.org/10.1016/j.math.2006.07.012 [Crossref] [Medline]

113.Vicenzino B, Wright A. Lateral epicondylalgia I: epidemiology, pathophysiology, aetiology and natural history. Phys Ther Rev. 1996; 1: 23– 34. http://dx.doi.org/10.1179/ptr.1996.1.1.23 [Crossref]

114.Wainner RS, Fritz JM, Irrgang JJ, Boninger ML, Delitto A, Allison S. Reliability and diagnostic accuracy of the clinical examination and patient self-report measures for cervical radiculopathy. Spine (Phila Pa 1976). 2003; 28: 52– 62. [Crossref] [Medline]

115.Walker-Bone K, Palmer KT, Reading I, Coggon D, Cooper C. Occupation and epicondylitis: a population-based study. Rheumatology (Oxford). 2012; 51: 305– 310. http://dx.doi.org/10.1093/rheumatology/ker228 [Crossref] [Medline]

116.Walker-Bone K, Palmer KT, Reading I, Coggon D, Cooper C. Prevalence and impact of musculoskeletal disorders of the upper limb in the general population. Arthritis Rheum. 2004; 51: 642– 651. http://dx.doi.org/10.1002/art.20535 [Crossref] [Medline]

117.Walton MJ, Mackie K, Fallon M, et al. The reliability and validity of magnetic resonance imaging in the assessment of chronic lateral epicondylitis. J Hand Surg Am. 2011; 36: 475– 479. http://dx.doi.org/10.1016/j.jhsa.2010.11.040 [Crossref] [Medline]

118.Whitehurst DG, Bryan S, Lewis M, Hill J, Hay EM. Exploring the cost-utility of stratified primary care management for low back pain compared with current best practice within risk-defined subgroups. Ann Rheum Dis. 2012; 71: 1796– 1802. http://dx.doi.org/10.1136/annrheumdis-2011-200731 [Crossref] [Medline]

119.Wilk KE, Voight ML, Keirns MA, Gambetta V, Andrews JR, Dillman CJ. Stretch-shortening drills for the upper extremities: theory and clinical application. J Orthop Sports Phys Ther. 1993; 17: 225– 239. http://dx.doi.org/10.2519/jospt.1993.17.5.225 [Link]

120.Wixom SM, LaStayo P. A potential classification model for individuals with tennis elbow. J Hand Ther. 2012; 25: 418– 420, quiz 421. http://dx.doi.org/10.1016/j.jht.2012.06.007 [Crossref] [Medline]

 

Savez-vous vraiment ce que vos patients attendent de vous ?

bigstock-133248443.jpg

Si vous ne savez pas exactement ce que votre patient attend de votre prise en charge, comment allez-vous pouvoir l’aidez ? Utilisez-vous une stratégie spécifique pour explorer les objectifs et les attentes de vos patient vis à vis de la conduite de traitement à suivre ? Peut-être vous fiez-vous simplement à votre expérience et à vos intuitions ?

QUE FAITES-VOUS ?

Lors de la première séance, utilisez-vous une feuille d’évaluation standardisée ou une checklist, afin de documenter les attentes et les objectifs de vos patients ? Leur dites-vous dès le début que vous souhaitez savoir quel type d’aide ils s’attendent à trouver avec vous, ce qu’ils espèrent de votre prise en charge ? Partez-vous du principe que tous vos patients veulent juste que vous les aidiez à aller mieux ? Qu’est-ce que « mieux » signifie pour un patient donné ? Est-ce que certains patients peuvent avoir d’autres objectifs ? Qu’est-ce que le patient en face de vous prévoit de faire, une fois qu’il se sentira mieux ?

LA CHOSE LA PLUS IMPORTANTE

Nous devons connaître beaucoup de choses concernant le problème de nos patients : obtenir des informations sur leur douleur et autres symptômes, mais aussi sur leur santé générale. Cependant, dans mon expérience, une des informations les plus importantes qu’un kinésithérapeute doit savoir, c’est ce que chaque patient espère de son traitement. Par conséquent, chaque kinésithérapeute doit explicitement demander à chaque patient quels sont ses objectifs. Il m’apparaît nécessaire de passer du temps à comprendre les conséquences de la douleur sur la vie quotidienne du patient, ses loisirs, et son fonctionnement au travail. Certains patients viennent pour apprendre des exercices pour réduire leur douleur, d’autres veulent des conseils pour pouvoir reprendre leur travail et retrouver une vie active, et d’autres veulent déterminer la cause de leur douleur.

Image contenu blog 1.png

FAITES CE QU’IL FAUT

Il peut sembler stupide de demander à vos patients ce qu’ils espèrent de votre prise en charge. Après tout, la plupart des individus veulent simplement aller mieux. Mais la vie de chacun est si différente. Par conséquent, il existe de grandes variations dans la manière dont la douleur affecte la vie des gens. Comment pourriez-vous concevoir un plan de traitement sur mesure, si vous ne comprenez pas comment la vie du patient en face de vous est affectée par sa douleur ? Bien entendu, vous pourriez proposer la même chose que ce que vous proposez à tous vos patients lombalgiques, mais je pense que vous être plus consciencieux que ça. Je me trompe ?

Autre chose : vous allez probablement demander à vos patients de pratiquer des exercices, ou de mettre en place une stratégie active pour améliorer sa situation. Les patients ont tendance à mieux accepter de s’impliquer activement lorsqu’ils travaillent dans le sens d’une solution à leur problème, et d’autant plus s’ils ressentent que leur kinésithérapeute comprend leur problématique personnelle. Après tout, tous les patients n’auront pas besoin du même traitement au final.

  Martin Melbye, PT, Dip. MDT

Martin Melbye, PT, Dip. MDT

Les Kinés et l'Echographie : une liaison dangereuse mais nécessaire ?

Les Kinés et l'Echographie : une liaison dangereuse mais nécessaire ?

Par Flavio Bonnet. Relecture Guillaume Deville.

 

La venue de Sean McAuliffe le mois prochain à Paris pour son cours sur l’échographie et les tendinopathies m’invite à vous parler d’échographie !

Aussi brûlante soit-elle, la question est la suivante : les kinésithérapeutes doivent-ils savoir faire de l’échographie ?

Voici ma vision des choses, teintée d’EBP bien entendu, mais qui n’engage que moi.

Nous faisons trop d’échographie

Force est de constater que nos patients nous ramènent trop d’imageries inutiles. Rappelons que les imageries servent à écarter une pathologie grave, à caractériser la pathologies existante ou éventuellement à modifier le traitement, et non pas à poser un diagnostic.
Dans la très vaste majorité des cas, le diagnostic est établi par la clinique.

Un outil très opérateur dépendant

Les études sur la fiabilité inter-examinateurs mentionnent que seule l’épaisseur tendineuse et la néovascularisation semble bénéficier d’une reproductibilité suffisante pour être utile en pratique. De plus, un manque de précision important reste à déplorer concernant la néovascularisation (1, 2).

En résumé, il faut être hyper-entrainé pour bien pratiquer l’écho.

Nécessité de connaissances et de formations avancées

A l’évidence, l’échographie est un outil non irradiant et non dangereux qui pourrait aider le kinésithérapeute à établir un diagnostic différentiel. Certains avancent qu’elle constituerait également un bon outil de suivi (ce dont je doute). Cependant, de solides connaissances acquises par une formation rigoureuse et poussée semblent le minimum nécessaire pour tout kiné qui souhaite se lancer dans l’écho.

Une pratique pluriquotidienne
Au delà des connaissances solides, la maitrise de l’échographie requiert non pas une pratique quotidienne, mais pluri quotidienne. L’apprentissage passe essentiellement par la répétition pour devenir performant.

Par conséquent, il m’apparaît que l’échographie peut être un outil pertinent dans les mains de kinés ou de médecins bien formés, qui suivent la littérature scientifique (ou le blog de l’Agence EBP :-) ), qui prennent toutes les précautions nécessaires avec leur patient pour leur expliquer les trouvailles échographiques sans générer d’effet iatrogène, qui utilisent l’échographie plusieurs fois par jour, pour établir un diagnostic différentiel susceptible de modifier leur proposition de traitement.

Mais alors, pourquoi l’Agence EBP organise-t-elle un cours sur l’échographie dans ce cas ?!

Oh la bonne question ! Parce que nous sommes convaincus que très peu de kinésithérapeutes se retrouvent dans la définition donnée ci-dessus mais qu’il est très important pour les kinésithérapeutes de savoir, lire, interpréter et communiquer autour des imageries médicales en général, et de l’échographie en particulier. En effet, nous sommes très souvent confrontés à des patients accompagnés de leur échographie en pratique libérale.

Vous comprenez désormais pourquoi Sean McAuliffe exposera dans son workshop la lecture qu’il faut porter sur les échos des tendons d’Achille et patellaire, comment les interpréter en rapport avec l’examen clinique et comment communiquer avec les patients à ce sujet. Ce cours promet d’être passionnant et en plus, cerise sur le gâteau, il sera DPC !

 

Référence :

1.  Mc Auliffe S, O’Sullivan K, Mc Creesh K. A systematic review to investigate the reliability of ultrasound imaging in measuring tendon thickness. Br J Sports Med 2014;48:635–6.

2. Gellhorn AC, Carlson MJ. Inter-rater, intra-rater, and inter-machine reliability of quantitative ultrasound measurements of the patellar tendon. Ultrasound Med Biol 2013;39:791–6.

Les 15 meilleures Applications pour les Kinés EBP

Les 15 meilleures Applications pour les Kinés EBP par Flavio Bonnet.

La Kinésithérapie est en pleine mutation ! L’accroissement exponentiel des connaissances, doublé de la prise de conscience de l’importance des traitements physiques dans nombre de pathologies, annoncent de belles perspectives pour les thérapeutes passionnés que nous sommes !

Le numérique nous aide à être plus performants avec nos patients. Voici la liste des 15 meilleures applications validées par l’Agence EBP !

Doctolib

Vous désirez vous libérer du téléphone tout en ayant votre agenda qui se rempli et se module tout seul ?! Doctolib est la solution de choix ! Et le rapport qualité/efficacité/temps gagné/prix est vraiment intéressant !

Kobus

L’application de bilan qui convertit tous les kinésithérapeutes au bilan EBP ! Un must à l’heure des bilans kinés… et du numérique !

 

 

 

Medicapp

Si vous manquez de temps pour vos bilans, Medicapp constitue une alternative intéressante qui rend les bilans accessibles à tous les kinés !

 

Phydeo

Stop aux « dessins allumettes » pour prescrire vos exercices ! L’application Phydeo vous permet de filmer votre patient pendant qu’il réalise ses exercices tout en lui prodiguant vos consignes ! La vidéo est stockée sur un cloud sécurisé et votre patient un lien par mail.

 Ce dessin est "so 80s" ! Maintenant il y a Phydeo :)

Ce dessin est "so 80s" ! Maintenant il y a Phydeo :)

La plus belle appli pour méditer (en anglais). La médiation est un outil idéal pour certains patients qui présentent du stress, de l’anxiété ou un rythme de vie effréné qui module leurs symptômes à la hausse et leur qualité de vie à la baisse.

 

Petit bambou

Une autre appli de méditation mais en français cette fois ci, comme ça plus d‘excuse pour ne pas s’y mettre !

 

 

 

Moment

Vous avez le sentiment que vos patients passent trop de temps devant les écrans et que cela nuit à leur santé ? Vous avez raison, les français passent en moyenne 3h50 devant la télé et c’est sans compter le téléphone ! L’appli Moment vous permet de traquer combien de temps les patients passent sur leur smartphone… ils vont être surpris et vous aussi !

Métronome

Un métronome est un outil idéal pour donner le bon rythme aux exercices notamment les exercices spécifiques aux tendons car le temps sous tension est un paramètre très important pour l’efficacité et la réduction des symptômes.

 

Rehabilitendon

Une application made in Australie qui verra le jour sous peu pour réaliser encore mieux le fameux Neuro-plastic training développé par Ebonie Rio !

 

 

My Jump 2 / Nordics / Dorsiflex

Un trio d’app made by Carlos Balsalobre qui met un point d’honneur à valider scientifiquement ses apps !

 

 

My jump 2 vous permet de quantifier les sauts verticaux, horizontaux, le profil force vitesse et de réaliser des tests de symétrie.

 

 

 

Nordics vous permet de mesurer la force développée lors du fameux exercice des Nordics Hamstrings qui s’avère être un excellent exercice en prévention primaire et secondaire pour les blessures aux ischios-jambiers.

 

 

Dorsiflex vous permet de mesurer le manque de flexion dorsale de cheville. Ce marqueur semble notamment impliqué dans le risque de récidive d’entorse de cheville.

 

 

La Clinique Du Coureur

Le site de La Clinique Du Coureur est en fait une sorte d’immense application où vous pouvez retrouver des programmes de course, toute l’info sur les chaussures et les blessures en course à pied.

 

FitMyRun
Pour aider vos patients à choisir leur matériel de course à pied, FitMyRun est la solution idéale ! En plus son algorithme repose en parti sur le contenu de La Clinique Du Coureur ! #Fantastique

 

My Sprint App

Etudiée par Jean-Benoit Morin, chercheur à l’Université de Nice Sophia Antipolis, cette application vous permet d’évaluer le profil puissance-force-vitesse de vos sprinters en lien avec le risque de blessures des ischio-jambiers ! Des recherches made in France sont en cours sur le sujet ! A suivre de près !

 

Weasyio

La petite pousse des applications française vient de lever plusieurs milliers d’euros sur Ulule pour se développer. On a hâte de voir ce que l’équipe Thomas Dupas nous réserve !

 

 

 

NB : Conflit d'intérêt : Flavio Bonnet est directeur général et associé de La Clinique du Coureur France mais n'a aucun conflit d'intérêt avec toutes les autres applications présentées ici bien qu'il connaisse la majorité des créateurs de ces outils :) 

L'effet Nocebo en médecine

L'effet Nocebo

Auteur : Théo Chaumeil

C’est la rentrée, vous avez pris de belles vacances (qui semblent déjà loin) et vous êtes d’attaque pour repartir sur les chapeaux de roues en ce début octobre.

Vous avez dû le voir, l’Agence EBP propose de nouveaux cours, notamment celui sur l’Entretien Motivationnel (LIEN). Ça tombe très bien, c’est justement d’un sujet similaire dont on va parler avec l’étude d’aujourd’hui ! (cette étude a déjà presque 10 ans mais est toujours autant d’actualité).

Le titre traduit de l’article narratif que l’on va étudier ensemble est le suivant : Le phénomène du nocebo en médecine : son application en pratique médicale quotidienne.

Oui vous avez bien lu « l’effet nocebo »… Qui est le contraire de « l’effet placebo » !

L’auteur, Winfried Häuser est un médecin généraliste allemand et professeur associé en médecine psychosomatique à la Technical University Munich.

Alors pour commencer : Qu’est-ce que l’effet placebo et par opposition l’effet nocebo ?

Les effets de n’importe quelle thérapeutique administrée à un patient se divisent en deux types d’effets :

-        Les effets dits spécifiques, qui sont inhérents au traitement (l’acide acétylsalycilique contenu dans un aspirine)

-        Les effets dits non-spécifiques qui correspondent aux caractéristiques de l’intervention (le traitement est prescrit par un médecin qui vous inspire confiance, vous en avez déjà pris auparavant et ce traitement vous avait soulagé, la durée normale de la maladie, etc.).

Attention si vous comptez lire cet article en travers : c’est le moment le plus important !

TOUTES les thérapeutiques (un médicament, une intervention chirurgicale, un soin de kinésithérapie, etc.) fonctionnent grâce à une part d’effets spécifiques et d’effets non-spécifiques.

Et parmi les effets non-spécifiques on retrouve l’effet placebo et l’effet nocebo (il y a d’autres facteurs non-spécifiques que l’on n’abordera pas dans l’article comme l’histoire naturelle de la maladie, la régression à la moyenne, etc.). [1]

Pour simplifier les choses, lorsque la part des effets non-spécifiques est favorable à l’amélioration du patient on le nomme effet placebo, quand elle est défavorable on l’appelle effet nocebo.

Le terme « effet nocebo » évoque donc des effets négatifs provoqués chez le patient suite à l’administration d’un médicament, d’une suggestion ou encore d’une attente négative (chez le patient ou le thérapeute).

On sait aujourd’hui que les effets placebo et nocebo agissent principalement grâce à deux mécanismes psychologiques distincts [2] :

-        Le conditionnement classique ou encore appelé conditionnement Pavlovien

-        Les attentes engendrées par les multiples informations reçues par le patient

Un exemple de l’effet d’attentes négatives peut être illustré par l’expérience suivante. [3]

Cinquante patients souffrant d’une douleur de dos chronique sont divisés de manière aléatoire en deux groupes distincts. On leur demande de réaliser un test de flexion de jambe (faire des squats pendant un temps donné).

Avant de commencer le test, le premier groupe reçoit l’information suivante : « Le test de flexion de jambe peut augmenter la douleur ». Alors qu’on explique au deuxième groupe que le test de flexion de jambe n’a aucun effet sur la douleur.

Devinez quoi ? Le groupe auquel on a fait une suggestion négative (et qui avait donc une attente négative par rapport au test) a ressenti de plus grande douleur (intensité de la douleur 48,1 (SD 23,7) versus 30,2 (SD 19,6) par rapport au groupe avec l’information neutre. Le premier groupe a aussi réalisé moins de flexions de jambe.

Les attentes négatives des participants du premier groupe ont engendré un effet nocebo.

Au niveau neurobiologique, nous savons actuellement que les effets analgésiants de l’effet placebo sont principalement dus à l’action de la dopamine et du système opioïde endogène.

L’effet nocebo est par ailleurs expliqué par une neurohormone (secrétée par le duodénum) appelée cholécystokininine (CCK) ayant un rôle important dans le ressenti douloureux.

L’auteur soutient donc que la communication verbale et non-verbale des soignants peut contenir de nombreuses suggestions négatives (émises de manière involontaire) qui sont susceptibles de déclencher des effets nocebo chez les patients.

Les patients sont d’ailleurs d’autant plus facilement suggestibles et affectés par ces suggestions négatives lorsque le contexte est perçu comme menaçant comme dans le cadre d’une maladie grave, d’une intervention chirurgicale importante ou encore d’un accident. [4]

Une étude réalisée chez des femmes en train d’accoucher illustre ce propos. Avant de réaliser chez elles une péridurales on leur administre un anesthésique locale au moyen d’une seringue.

Juste avant de réaliser l’injection de l’anesthésique, l’information suivante est donnée aux femmes du premier groupe : « Nous allons vous administrer un anesthésique local qui va endormir la zone et vous serez donc confortable pour le reste de la procédure».

À l’autre groupe on fait la suggestion suivante : « Vous allez sentir comme une grosse piqûre d’abeille, cela correspond à la pire partie de la procédure».

Vous le devinez sans doute, le deuxième groupe de femmes a eu davantage de douleur que le premier. [5]

L’auteur donne plusieurs exemples de suggestions négatives employées de manière non-intentionnelles dans la pratique clinique quotidienne.

Il les classe de la manière suivante :

-        Suggestion incertaine :

« Ce médicament peut peut-être vous aider »

« Nous allons essayer avec ce médicament »

« Essayez de prendre vos médicaments régulièrement »

 

-        Jargon :

« Nous allons vous brancher » (connexion au moniteur)

« Nous allons vous découper en une multitude de tranches » (examen de tomographie)

« Nous allons vous mettre un nez artificiel » (apposition d’un masque à oxygène)

«Nous recherchons des métastases : le résultat est négatif »

 

-        Ambigüité :

« Nous en avons terminé avec vous » (préparation d’une chirurgie)

« Nous allons vous endormir maintenant, tout sera bientôt terminé » (lors de l’induction de l’anesthésie générale)

 

-        Se focaliser sur le négatif

« Vous êtes un patient à haut risque »

« Ça fait toujours très mal »

« Vous devez absolument éviter de porter des objets lourds si vous ne voulez pas terminer en chaise roulante »

« Votre canal lombaire est très étroit : la moelle épinière est comprimée »

 

-        Tournure de phrase négative et triviale

« Vous n’avez pas besoin d’être stressé ou anxieux »

« Ça va juste saigner un peu »             

Ces différents exemples nous amènent à réfléchir sur le contenu des échanges que l’on peut avoir avec les patients.

Prendre un peu de recul sur la manière dont nous communiquons avec les patients est essentiel.

La dernière partie de l’article se focalise sur l’induction de l’effet nocebo après l’administration de médicament.

Elle intéresse un peu moins notre pratique quotidienne de la kinésithérapie. Pour autant, certains aspects de l’article restent valables dans notre contexte de soin.

Lors de la prescription de médicaments, l’éthique enjoint le prescripteur à énoncer les possibles effets secondaires et indésirables du traitement. Pour autant, les résultats de cet article nous montrent que cette démarche peut potentiellement générer un effet nocebo chez le patient et le prescripteur se retrouve dans une impasse.

Le prescripteur doit-il préférer agir de manière morale en détaillant les effets secondaires du médicament ou doit-il les taire pour ne pas déclencher d’effet nocebo ?

La conclusion de l’auteur se base sur deux notions clés : Axer l’information sur la tolérance au traitement et autoriser la « non-information » (après en avoir discuté avec le patient).

1)     Axer l’information sur la tolérance au traitement

L’obligation morale de la pratique de la médecine requiert du médecin d’expliquer tous les tenants et aboutissants de la thérapeutique choisie. Pour autant, ce dernier peut choisir de se focaliser sur la tolérance au traitement plutôt que l’inverse (c’est-à-dire sur-utiliser des informations positives plutôt que négatives).

Un exemple ?

·       Formulation négative (effet nocebo potentiel) = « 5% des patients souffrent de maux de tête avec la prise de ce médicament »

 

·       Formulation positive (effet placebo potentiel) = « La grande majorité des patients tolère très bien ce traitement »

 

 

2)     Autoriser la « non-information »

Il est OBLIGATOIRE d’avertir le patient des effets secondaires graves ou encore irréversibles. Cette question ne fait pas débat.

Le cœur de la réflexion se trouve plutôt dans les effets secondaires mineurs et indésirables.

Concernant ces derniers, l’auteur propose de demander au patient s’il préfère ne pas connaître la liste des effets indésirables du médicament prescrit.

Il propose de présenter les choses au patient de la manière suivante :

« Une faible proportion des patients qui suivent ce traitement expérimentent certains effets secondaires ressentis comme indésirables mais qui ne mettent pas en danger leur vie et n’engendrent pas de déficiences. En accord avec les connaissances scientifiques actuelles, nous savons que les patients auxquels sont décrit les effets indésirables du traitement sont plus facilement susceptibles de les ressentir en comparaison aux patients auxquels on ne dit rien. Avec ces informations, souhaitez-vous connaître les effets secondaires de votre traitement ? »

Il est alors possible au patient de faire un choix éclairé. Chaque patient peut ainsi choisir de recevoir une information sur des effets secondaires spécifiques qu’il souhaiterait connaître ou encore de ne pas être mis au courant.

Même si ces informations s’appliquent plus spécifiquement à la prescription d’un médicament, il est aisé de transposer ces conclusions aux interventions de kinésithérapie : éducation thérapeutique, exercices, mobilisation, massage, etc.

 

La conclusion du lundi :

Tournez sept fois votre langue dans votre bouche avant de parler, et lorsque vous parlez, focalisez-vous sur les tournures de phrases positives.

Il serait amusant que demain, après avoir échangé quelques mots avec votre premier patient, vous preniez un instant d’introspection pour vous poser la question suivante « ce que je viens de dire est plutôt susceptible d’optimiser l’effet placebo ou bien de déclencher un effet nocebo ? »

 

Un prochain article sur l’effet placebo et comment l’optimiser sera à venir si vous êtes sages ;)

 

Article source :

Miller FG, Kaptchuk TJ. The power of context: reconceptualizing the placebo effect. Journal of the Royal Society of Medicine. 2008;101(5):222-225.

Références :

1)     Ernst E, Resch KL. Concept of true and perceived placebo effects. BMJ. 1995 Aug 26;311(7004):551-3.

2)     Enck P, Benedetti F, Schedlowski M: New insights into the placebo and nocebo responses. Neuron 2008; 59: 195–206.

3)     Pfingsten M, Leibing E, Harter W, et al.: Fear-avoidance behavior and anticipation of pain in patients with chronic low back pain: a randomized controlled study. Pain Med 2001; 2: 259–66

4)     Varga K. Suggestive techniques connected to medical interventions. Interventional Medicine & Applied Science. 2013;5(3):95-100.

5)     Varelmann D, Pancaro C, Cappiello EC, Camann WR: Nocebo-induced hyperalgesia during local anesthetic injection. Anesth Analg 2010; 110: 868–70

 

TRAITEMENT CONSERVATEUR DE LA DOULEUR LATÉRALE DE HANCHE : LE FUTUR EST PROMETTEUR

TRAITEMENT CONSERVATEUR DE LA DOULEUR LATÉRALE DE HANCHE : LE FUTUR EST PROMETTEUR

Alison Grimaldi [1] [2]
Traduction : Alexandre Marinescu (Relecture : Guillaume Deville)

 

Il existe de nombreuses manières de la nommer, mais la douleur latérale de hanche, principalement la tendinopathie glutéale, a un impact conséquent sur la qualité de vie et le niveau d’activité. Actuellement, il existe peu de preuves de haute qualité sur la manière de la traiter.

LES PREUVES À CE JOUR

Dans une revue systématique concernant le syndrome douloureux du grand trochanter (SDGT) Barratt et al (1) ont retrouvé seulement huit études sur le traitement non-chirurgical pouvant être recevables. Parmi celles-ci, toutes, excepté une, possédaient un risque modéré à élevé de biais. La preuve la plus solide, tant en termes de qualité méthodologique de l’étude que de résultats, est en faveur des injections de corticostéroïdes (ICS).  Avec une diminution de la douleur se produisant chez la majorité des patients lors des 4 premières semaines, il n’est pas surprenant que les ICS soient souvent le traitement de première intention dans la pratique de la médecine générale. Cependant, de même que pour les réponses aux ICS constatées dans d’autres tendinopathies, les récurrences sont courantes et le taux de succès diminue au cours du temps, ne rendant cette approche pas plus efficace sur le long terme que d’adopter une approche attentiste. Bien que les complications graves après une ICS soient rares, des craintes persistent concernant de potentiels effets négatifs sur le tendon, dus à une régulation négative de la production fibroblastique du collagène et à une nécrose tissulaire faisant suite à des injections répétées. Barratt et al (1) s’inquiètent aussi, de manière légitime, du manque de documentation au sujet du conseil médical accompagnant les ICS. Considérant que l’ICS ne résout pas les mécanismes en cause dans la tendinopathie douloureuse, les conseils concomitants pourraient bien avoir un impact important dans le résultat de l’intervention.

Étant donné que les ICS ne constituent pas la panacée pour les tendinopathies, que peut faire le clinicien pour offrir une solution sur le long terme ? Barratt et al (1) discutent des deux seuls autres essais actuellement disponibles pour les SDGT, étudiant – (a) la thérapie extracorporelle par onde de chocs (TEOC) et (b) les exercices à domicile. Bien que la TEOC fournisse des résultats prometteurs à moyen terme, les résultats à long terme ne montrent pas d’avantage. Ce n’est pas surprenant puisqu’une intervention passive isolée ne peut espérer résoudre un mélange souvent complexe de déficiences préexistantes et iatrogènes, qui affectent la tolérance aux contraintes mécaniques d’un tendon douloureux, et la capacité fonctionnelle d’un individu. Les patients porteurs d’une tendinopathie glutéale présentent une faiblesse des muscles abducteurs (2), des variations cinématiques et des moments externes adducteurs de hanche élevés durant la marche, qui résultent potentiellement en une surcharge relative du mécanisme d’abduction (3). Réduire la douleur à court ou moyen terme avec les ICS ou les TEOC a peu de chance de résoudre ces problèmes, et cela pourrait expliquer l’échec sur le long terme d’une TEOC isolée.

                  … une intervention passive isolée ne peut espérer résoudre un mélange souvent complexe de déficiences préexistantes et iatrogènes

Une intervention active est recommandée dans le traitement des tendinopathies (4); cependant, le seul essai clinique publié étudiant l’effet des exercices à domicile sur les SDGT a rapporté des résultats décourageants. Les résultats initiaux étaient mauvais et les patients ont seulement atteint des taux de succès prometteurs à 15 mois (5). Mais attendez ! Ne rejetez pas dès maintenant l’intervention active. Les auteurs n’ont pas bénéficié des progrès récents dans la compréhension des mécanismes sous-jacents à la tendinopathie glutéale (6), ni de l’accumulation de données probantes concernant les déficiences (2, 3). L’intervention (5) incluait des étirements qui induisent des charges compressives potentiellement provocatrices sur les tendons glutéaux (6), et omettait la mise sous contraintes mécaniques ciblée des abducteurs. De nombreux essais cliniques randomisés de haute qualité sont actuellement en cours, explorant des approches plus actuelles du traitement actif du SDGT.

UN FUTUR PROMETTEUR

Mellor et al (7) ont publié leur protocole pour un essai randomisé contrôlé (essai LEAP) qui aspire à évaluer l’avantage relatif des ICS, de la kinésithérapie et d’une approche attentiste dans le traitement de la tendinopathie glutéale chez 201 participants. Cette intervention kinésithérapique inclut les principes du traitement par remise sous contraintes mécaniques et ceux de l’exercice (4), apportant un programme global d’éducation et de recommandations qui contient des présentations sur DVD, et un programme progressif d’exercices qui visent le soulagement de la douleur (contractions isométriques), le renforcement des muscles abducteurs, le renforcement des muscles de la chaîne cinétique du membre inférieur et le perfectionnement du contrôle moteur fémoro-pelvien.

Les patients effectuent le programme suivi d’exercices à la maison, avec en complément 6 semaines de mise sous contraintes mécaniques à vitesse lente et charge élevée du complexe musculo-tendineux des abducteurs de hanche, réalisé deux fois par semaine. Les participants de l’essai LEAP ont subi des tests cliniques des articulations adjacentes, une batterie exhaustive de tests diagnostiques pour la tendinopathie glutéale et un IRM. L’évaluation de l’utilité de ces tests dans le diagnostic d’une tendinopathie glutéale symptomatique pourrait faciliter, dans le futur, la standardisation de critères diagnostiques pour les études sur les douleurs latérales de hanche. L’utilisation d’indicateurs de résultat spécifiques à cette pathologie, comme le score VISA-G était aussi recommandée par Barratt et al (1) L’essai LEAP a utilisé le score VISA-G ainsi que de nombreux autres indicateurs de résultats rapportés par le patient. Des études supplémentaires sur les indicateurs de résultats pour les douleurs latérales de hanche seraient bénéfiques pour déterminer les plus utiles dans le but de cerner différentes déficiences et les plus sensibles pour détecter une variation dans le temps et en réponse à une intervention.

Le protocole de l’essai GLoBe (8) présente une étude qui a randomisé 116 femmes ménopausées dans des groupes recevant une thérapie hormonale, des exercices ou une combinaison des deux, dans le but de comparer une amélioration au niveau de la douleur et de la fonction. L’essai a employé de fausses hormones et un programme d’exercices, et a inclus le score VISA-G parmi les indicateurs de résultats. Étant donné que la prévalence des SDGT est beaucoup plus importante chez les femmes, particulièrement après la ménopause, des informations concernant le bénéfice potentiel d’une intervention hormonale pourrait fournir de plus amples connaissances sur cette pathologie et son traitement.

Twitter Follow Alison Grimaldi à @alisongrimaldi

 

Déclaration de liens d’intérêts L’auteur déclare ne pas avoir de lien d’intérêts

 

Provenance et comité d’experts commissionnés Examiné par un comité d’experts externes

 

A citer Grimaldi A. Br J Sports Med 2017;51:72–73.
Accepté le 3 Juillet 2016

 

Br J Sports Med 2017;51:72–73. doi:10.1136/bjsports-2016-096600

 

 

Traduction de la version Anglaise originale publiée par BJSM : « Conservative management of lateral hip pain: the future holds promise », Grimaldi A. Br J Sports Med January 2017 Vol 51 No 2

http://dx.doi.org/10.1136/bjsports-2015-095858

Br J Sports Med 2017;51:72–73. doi:10.1136/bjsports-2016-096600

 

 

 

REFERENCES

1 Barratt P, Brookes N, Newson A. Non-surgical treatments for greater trochanteric pain syndrome: a systematic review. Br J Sports Med 2016;50:97–104.

2 Allison K, Vicenzino B, Wrigley TV, et al. Hip abductor muscle weakness in individuals with gluteal tendinopathy. Med Sci Sports Exerc 2016;48:346–52.

3 Allison K, Wrigley T, Vicenzino B, et al. Kinematics and kinetics during walking in individuals with gluteal tendinopathy. Clin Biomech 2016;32: 56–63.

4 Cook JL, Purdam CR. The challenge of managing tendinopathy in competing athletes. Br J Sports Med 2014;48:506–9.

5 Rompe JD, Segal NA, Cacchio A, et al. Home training, local corticosteroid injection, or radial shock wave therapy for greater trochanter pain syndrome. Am J Sports Med 2009;37:1981–90.

6 Grimaldi A, Mellor R, Hodges P, et al. Gluteal tendinopathy: a review of mechanisms, assessment and management. Sports Med 2015;45:1107–19.

7 Mellor R, Grimaldi A, Wajswelner H, et al. Exercise and load modification versus corticosteroid injection versus ‘wait and see’ for persistent gluteus medius/minimus tendinopathy (the LEAP trial): a protocol for a randomised clinical trial. BMC Musculoskelet Disord 2016;17:196.

8 Ganderton C, Semciw A, Cook J, et al. Does menopausal hormone therapy (MHT), exercise or a combination of both, improve pain and function in post-menopausal women with greater trochanteric pain syndrome (GTPS)? A randomised controlled trial. BMC Womens Health

 

[1] School of Health and Rehabilitation Sciences, The University of Queensland, Brisbane, Queensland, Australia;

[2] Physiotec, Tarragindi, Queensland, Australia

 

Correspondence to Dr Alison Grimaldi, School of Health and Rehabilitation Sciences, The University of Queensland, Brisbane, QLD 4072, Australia; info@ physiotec.com.au

Évaluation clinique biopsychosociale en kinésithérapie des patients souffrants de douleur chronique

Évaluation clinique biopsychosociale en kinésithérapie des patients souffrants de douleur chronique :
La première étape de l’éducation des neurosciences de la douleur

Si vous avez assisté au cours de Mike Stewart, de Greg Lehman, de Mary O’Keeffe à l’Agence EBP ou que vous vous tenez à jour en lisant quelques articles entre deux patients (vous aussi vous avez des lapins ?), le terme d’éducation thérapeutique à la douleur vous est forcément connu (Pain Neuroscience Education pour les plus anglophones d’entre vous).

Savoir expliquer le fonctionnement de la douleur au patient, ses mécanismes physiologiques ainsi que les neurosciences rattachées à la douleur sont des compétences clés à maîtriser lors de la prise en charge de patients souffrants de douleur chronique.

Les auteurs du papier présenté aujourd’hui considèrent l’éducation thérapeutique à la douleur comme un traitement de kinésithérapie à part entière dans le processus de soin.

Pour autant, avant de commencer à asséner à votre patient une multitude d’informations sur la douleur, il est généralement recommandé de réaliser une évaluation biopsychosociale du patient afin de pouvoir proposer par la suite les meilleures informations possibles au patient (Ah bon ? Il ne suffit pas de lire à haute voix les pages 12, 24 et 32 de la dernière version de « Explain Pain Supercharged » au patient ? Avec votre plus bel accent anglais bien sûr…).

Les auteurs de l’article ont donc décidé de proposer un guide d’évaluation clinique permettant de mieux comprendre les différents aspects biopsychosociaux à prendre en compte lors de la prise en charge d’une personne souffrant de douleur chronique.

Le modèle se structure comme suit :

-        Douleur

-        Facteurs somatiques et médicaux

-        Facteurs cognitifs et perceptions

-        Facteurs émotionnels

-        Facteurs comportementaux

-        Facteurs sociaux

-        Motivation

Douleur :

Dans ce premier item, l’accent est mis sur la nécessité de différencier les trois grands types de douleur : la douleur par excès de nociception, la douleur neuropathique et la douleur par sensibilisation centrale.

Quoi ?! Vous ne voyez pas la différence ? Petit cours express de rattrapage :

-        La douleur par excès de nociception est due à une stimulation persistante et excessive des récepteurs périphériques appelés « nocicepteurs ».

-        La douleur neuropathique correspond à une douleur qui est en lien direct avec une lésion ou une pathologie affectant le tissu nerveux.

-        La douleur par sensibilisation centrale correspond quant à elle à une hypersensibilité du Système Nerveux Central (SNC). Il s’agit d’une amplification du signal et éventuellement de la douleur sans qu’il y ait forcément de source de nociception (On ne le répétera jamais assez : la douleur et la nociception sont deux choses différentes !).


Les auteurs expliquent d’ailleurs qu’il est possible d’évaluer la sensibilisation centrale grâce à l’échelle nommée le CSI : Central Sensitization Inventory (Cette échelle a été traduite en français).

Vous pouvez aussi vous aider du tableau fournit dans l’article et traduit (par ici) afin de mieux différencier ces trois grands types de douleur. Les auteurs recommandent aussi d’utiliser l’algorithme élaboré par Nijs et al. [1] :

 Les facteurs somatiques et médicaux :

Ces facteurs correspondent à tous les éléments qui peuvent être retrouvés chez le patient à l’interrogatoire et à l’examen clinique : la non-utilisation d’une partie de son corps (ou la diminution de son utilisation), un changement de stratégie de gestuelle, la modification du tonus lors du mouvement ou encore la prise de médicaments.

Concernant la prise de médicaments, les auteurs recommandent aux kinésithérapeutes de prendre en compte ce genre de données afin de pouvoir donner une information adéquate au patient concernant le fonctionnement du médicament sur la douleur. Sans pour autant se substituer au médecin qui reste, bien entendu, le prescripteur.

Les auteurs expliquent aussi que dans le cadre de patients souffrants de douleur par sensibilisation centrale, les résultats des tests cliniques comme le Straight Leg Raise ou encore les tests neurodynamiques du membre supérieur peuvent être faussés du fait de l’augmentation de la sensibilité du patient. À interpréter avec précaution donc !

Lors de l’évaluation des facteurs somatiques, l’intérêt est de pouvoir observer la qualité du mouvement du patient, les gestes qui déclenchent la douleur ainsi que les différentes peurs et appréhensions à réaliser certains gestes.

Observer un patient retenir sa respiration lors d’un mouvement, détecter une augmentation du tonus musculaire avant le mouvement ou encore des signes de peur verbaux ou non-verbaux sont des indices importants à observer lors de l’examen clinique.

Facteurs cognitifs et perceptions :

Il est assez largement établi que les cognitions et les perceptions du patient douloureux correspondent à des facteurs importants qui peuvent contribuer à la douleur par sensibilisation centrale.

Il est donc primordial de pouvoir évaluer les attentes du patient concernant les soins qu’il va recevoir, de savoir comment le patient envisage le pronostic et l’évolution de sa douleur ou encore d’identifier quelles sont les représentations émotionnelles du patient envers la douleur.

Pour ce faire, il peut être utile d’utiliser certains questionnaires (sans pour autant surcharger le patient de différents questionnaires au risque qu’il ait l’impression de passer un examen scolaire).

-        Concernant la perception de la douleur les auteurs recommandent d’utiliser le Brief Ilness Perception Questionnaire (Brief IPQ). Ce questionnaire permet notamment d’évaluer comment le patient perçoit la douleur, les attentes de soin du patient, les craintes du patient, etc.

-        Concernant le catastrophisme en relation avec la douleur, l’utilisation de l’échelle nommée Pain Catastrophizing Scale (PCS) permet d’évaluer le degré de catastrophisme du patient. Il est également important d’expliquer au patient que le catastrophisme augmente la perception de la douleur.

Facteurs émotionnels :

Les facteurs émotionnels font référence à toutes les cognitions et perceptions incluant l’anxiété, la colère, les pensées dépressives ainsi que les stress post traumatique.

                  Les auteurs recommandent aux kinésithérapeutes d’expliquer le rôle spécifique des facteurs émotionnels dans le déclenchement de la douleur notamment la peur de réaliser certains mouvements, les comportements d’évitement, les événements psychologiquement traumatisants ainsi que les problématiques vécues au travail, dans le cadre familiale, financier ou même social.

Différents questionnaires sont recommandés par les auteurs pour évaluer ces facteurs émotionnels :

-        Concernant l’anxiété, l’utilisation du State-Trait Anxiety Inventory (STAI) est recommandée par les auteurs.

-        Afin d’évaluer la peur du mouvement (kinésiophobie), l’échelle du Tampa-Scale of Kinesiophobia (TSK) est appropriée.

-        Les auteurs recommandent d’évaluer la colère et le sentiment d’injustice ressenti par le patient grâce a l’échèle suivante : Injustice Experience Questionnaire (IEQ).

-        Les pensées dépressives peuvent être évaluées à l’aide du Patient Health Questionnaire-2 (PHQ-2). Il est recommandé de faire remplir le PHQ-9 concernant les patients qui obtiennent 2 points ou plus sur l’échelle du PHQ-2. Il est également conseillé par les auteurs d’expliquer aux patients que la dépression est aussi bien une conséquence qu’une cause de la douleur chronique.

-        Concernant le stress, il est utile d’identifier les patients souffrant d’un syndrome de stress post traumatique ainsi que le stress en général (en relation avec le travail, les relations sociales, les finances, l’état de santé, etc.) L’influence du stress sur la neuromatrice de la douleur et l’inhibition descendante devrait être abordée au cours de l’éducation thérapeutique à la douleur.

 

Facteurs comportementaux :

                              L’ensemble des facteurs cognitifs et émotionnels cités précédemment peuvent parfois mener à des comportements inappropriés chez les patients souffrant de douleur chronique.

Les auteurs proposent 3 sous-groupes de patients :

-        Les patients qui possèdent des comportements appropriés (l’expérience de la douleur entraîne aucune ou peu de peur, ils s’y confrontent et récupèrent).

-        Les patients qui mettent en place des stratégies d’évitement.

-        Les patients qui persistent dans les comportements qui génèrent de la douleur jusqu’à ce qu’ils aient terminé l’activité même si cette dernière est perçue comme trop difficile.

                              Dans la pratique clinique, la majorité des patients évalués possèdent des schémas de comportement mixtes : ils évitent certaines activités ou mouvements et persistent au contraire dans d’autres.

                              Il est donc important d’explorer quelles sont les activités qui sont évitées et celles qui persistent au détriment du patient. Les questions posées sont celles qui consistent à repérer quand et pourquoi ils évitent ou persistent dans une activité.

                              Afin de mieux comprendre ce genre de comportements, les auteurs proposent de se référer au Common Sense Model of Self-Regulation (CSMS) [2]. Le modèle explique comment les perceptions, l’expérience du patient ou encore l’impact d’avoir un trouble peuvent influencer l’interprétation du patient et sa réaction.

                              Prenons l’exemple simple d’un patient qui ressent de la douleur en bas du dos lors d’une flexion vers l’avant. La douleur l’amène à percevoir ce mouvement comme une menace et les perceptions et émotions associées peuvent modifier son comportement ainsi que sa gestuelle lorsqu’il se penche de nouveau vers l’avant.

Et comment parler de comportement sans parler de conditionnement classique ! (vous savez le fameux chien de Pavlov…). En effet, un patient qui travaille dans un bureau dans des conditions difficiles et stressantes pendant de longues périodes en même temps qu’il ressent de la douleur peut très bien associer le bureau à la douleur.

Le stimulus neutre qu’était le bureau est associé à la présence de douleur et peut devenir en lui-même un déclencheur de douleur.

Moseley et Vlayen [3] émettent d’ailleurs l’hypothèse (The Imprecision Hypothesis) que le conditionnement classique pourrait éventuellement être à l’origine de douleur et ce suite à des messages non-nociceptifs.

D’autres modèles de conditionnement sont aussi explorés comme le conditionnement opérant de Skinner. Il désigne un changement de comportement suite à l’utilisation d’un stimulus de renforcement (positif ou négatif) délivré après l’obtention d’une réponse désirée.

Vous vous êtes perdus en route ? Rien de mieux qu’un exemple simple pour illustrer cela :

Un patient vient vous consulter pour une douleur, il réalise avec vous un exercice thérapeutique qui améliore ses douleurs. Il répète l’exercice plusieurs fois au cours de la semaine suivante et améliore encore plus ses sensations. L’exercice (le stimulus) est devenu un renforcement positif qui favorise la diminution de sa douleur. Le patient va donc être encouragé à refaire l’exercice.

Un autre exemple de renforcement pourrait être le suivant : une attention supplémentaire est donnée au patient par ses proches lorsque ce dernier se plaint de la douleur. Ce « renforcement » social va potentiellement encourager le comportement douloureux dans le futur.

Il est donc important d’identifier les potentiels « renforcements » positifs et négatifs présents dans l’environnement du patient.

Facteurs sociaux :

Les facteurs sociaux peuvent être divisés en plusieurs catégories : l’environnement familial, l’environnement social, le travail, les relations de couple, les traitements antérieurs ou suivis en parallèle.

Il est important de pouvoir identifier les composants des différents facteurs sociaux qui aident et soutiennent le patient ainsi que ceux qui le desservent.

Les traitements antérieurs ou suivis en parallèle devraient être abordés. En effet, l’attitude et les croyances des autres professionnels de santé sont intéressantes à connaître car elles peuvent jouer un rôle dans l’actuel comportement du patient (les auteurs donnent l’exemple d’un kinésithérapeute au cours d’un traitement antérieur qui aurait dit au patient que sa vertèbre était « déplacée »…).

Les auteurs signalent aussi l’existence de résultats d’études non-publiées pour le moment qui indiqueraient que l’éducation thérapeutique à la douleur (comprenez Pain Neuroscience Education) pourrait améliorer le sentiment de soutien social, notamment lorsque le kinésithérapeute demande au patient d’impliquer son partenaire, ses enfants ou un ami proche dans le soin en l’accompagnant au cours d’une séance par exemple.

Si cela ne peut être réalisé, il peut être approprié de leur demander de lire des documents expliquant la sensibilisation centrale comme par exemple le livre  Explain Pain de Lorimer Moseley.

Motivation :

Pouvoir déterminer le niveau de motivation du patient est primordial pour l’évolution du traitement.

Il est crucial de connaître les perceptions du patient envers la douleur qu’il ressent, les causes qu’il lui attribue ainsi que ses attentes envers le traitement afin de les modifier si besoin au cours de la prise en charge.

Ces modifications sont parfois difficiles à réaliser pour le patient car elles nécessitent des changements cognitifs complexes. Ces changements dépendent en partie de la « flexibilité psychologique » du patient.

Les auteurs citent ainsi le questionnaire suivant : le 16-item Psychology Inflexibility in Pain Scale (PIPS). Ce questionnaire permet d’évaluer la fusion cognitive chez les patients. Ce concept caractérise la tendance d’une personne à considérer ses pensées comme le reflet de la réalité. Un exemple ? Un patient qui vous dirait « je suis ma douleur ».

Le questionnaire permet donc de connaître le degré de fusion cognitive du patient et de son inflexibilité psychologique.

Mais à quoi cela peut-il servir ? Et bien certains chercheurs [4] ont montré que les patients souffrant de douleur chronique qui possédaient des scores élevés sur l’échelle du PIPS étaient non-répondeurs aux thérapies de type ACT (Les thérapies d’Acceptation et d’Engagement).

Ces résultats peuvent guider notre pratique. En effet, imaginez un patient qui vient vous voir et qui possède un score élevé sur l’échelle du PIPS. Grâce à ce que vous savez maintenant, vous pouvez décider de focaliser les séances sur le changement de cognitions et de perceptions du patient envers la douleur avant de commencer le programme de rééducation à proprement parlé.

Le score PIPS pourra être ensuite réévalué afin de s’assurer que la « défusion cognitive » est en marche et que le patient comprend dorénavant pourquoi il est utile de réaliser un exercice approprié pour améliorer ses sensations plutôt que de recevoir un unique massage à chaque séance…

Comprenez bien : l’éducation thérapeutique à la douleur doit servir de tremplin vers le changement.

Le but est de déclencher chez le patient de nouvelles perceptions et de nouveaux comportements tout en modifiant son environnement.

Conclusion :

En résumé, l’évaluation biopsychosociale du patient souffrant de douleur chronique, repose sur 3 questions clés :

-        Quelle est l’étendue de la douleur (ou maladie) du patient ? (les déficits physiques)

-        Quelle est l’ampleur de la maladie ? C’est-à-dire la souffrance ressentie par le patient, ses handicaps et son inaptitude à prendre du plaisir à faire des activités communes.

-        Le comportement du patient est-il approprié à la maladie/à la douleur et existe-t-il des
raisons psychologiques ou sociales qui pourraient amplifier ses symptômes ?

Savoir mener une évaluation biopsychosociale du patient que vous recevez en séance est primordiale afin de prendre en charge au mieux les patients souffrant de douleur chronique.

Cette évaluation permet aussi aux kinésithérapeutes de se poser la question suivante :

« Ce patient (souffrant de douleur chronique) se trouve-t-il au bon endroit avec moi ou aurait-il besoin d’une approche multidisciplinaire ou encore d’être redirigé vers un autre professionnel de santé ? »

Car être kiné c’est aussi cela : savoir où se trouvent nos limites.

 

Théo Chaumeil

 

Article source :

Wijma AJ, van Wilgen CP, Meeus M, Nijs J. Clinical biopsychosocial physiotherapy assessment of patients with chronic pain: The first step in pain neuroscience education. Physiother Theory Pract. 2016 Jul;32(5):368-84.

Références bibliographiques :

[1] Moloney N, Meeus M 2014 Applying modern pain neuroscience in clinical practice: Criteria for the classification of central sensitization pain. Pain Physician 17: 447–457.

[2] Leventhal H, Brissette I, Leventhal EA 2003 The commonsense model of self-regulation of health and illness. In: Cameron LD (ed) The Self-Regulation of Health and Illness Behaviour, pp 42–65. London, Routledge.

[3] Moseley GL, Vlaeyen JW 2015 Beyond nociception: The imprecision hypothesis of chronic pain. Pain 156: 35–38.

[4] Wicksell RK, Olsson GL, Hayes SC 2010 Psychological flexibility as a mediator of improvement in Acceptance and Commitment Therapy for patients with chronic pain following whiplash. European Journal of Pain 14: 1059.e1– 1059.e11.

Lombalgie non spécifique : quelle mouche T’C’C l’a piquée ?

Lombalgie non spécifique : quelle mouche T’C’C l’a piquée ?

 

Le printemps est là, le changement d’heure arrive et un nouvel article sort dans les bacs ! Et c’est pas peu dire puisque le sujet concerne les lombalgies non spécifiques (« oulah, y’a un jeu de mot quelque part mais j’arrive pas encore à voir où… »). Nous allons nous intéresser à une méta-analyse (rappelez-vous, ce fameux schéma d’étude qui reprend des essais primaires pour recalculer tous leurs résultats ensemble) publiée par Richmond et al. [1] ayant comme objectif d’évaluer si les thérapies cognitivo-comportementales (TCC) améliorent l’incapacité (dont celle au travail), la douleur et la qualité de vie chez les patients présentant une lombalgie non spécifique (LNS). Une première question se pose : pourquoi avoir fait cela alors qu’il en existe déjà sur ce thème ? Car ici les auteurs incluent les patients âgés (ça tombe bien car la LNS y est fréquente dans cette tranche d’âge) et les LNS de n’importe quelle durée.

Pour introduire le sujet, Richmond et al. reviennent sur la forte prévalence des LNS chez les adultes, suscitant notamment des incapacités de travail. La note est salée au final (coût des soins, arrêts de travail, …). La prise en charge adéquate de ces patients relève donc d’une préoccupation individuelle, économique et sociétale. Néanmoins, il est difficile de mettre en avant un traitement plus qu’un autre. Parmi eux, la TCC a récemment gagné en popularité et apparaît être un traitement rentable. Elle est utilisée pour prendre en charge différentes pathologies, mais les éléments de base restent communs : cibler les distorsions cognitives (issues d’un traitement erroné de l’information découlant sur des pensées et des émotions négatives) et les comportements mal adaptés. Le but étant de les modifier afin d’améliorer les symptômes.

 

Qu’ont fait les auteurs ?

Je suis quasiment sûr que vous avez une petite idée. ^^

« Ah ouais, tu en méta main à couper ? »

Mais c’est qu’t’es drôle toi ! La puissance des vannes mon gars, le niveau quoi. Bien placé ton méta, fort mec ! (oui, oui, y’a quelques trucs cachés ici et là).

Alors leur PICOTS était :

-       Population : adultes avec LNS

-       Intervention : TCC

-       Comparison : pas de traitement ou un autre traitement actif conservateur recommandé (hors TCC)

-       Outcome : douleur, incapacité et qualité de vie

-       Time : court terme (proche de 6 semaines et n’excédant pas 12 semaines) et long terme (proche de 52 semaines et supérieur à 26 semaines)

-       Study design : revue systématique avec méta-analyse

 

« On pourrait me rappeler les traitements conservateurs actifs recommandés dont parlent les auteurs ? »

Mais bien entendu :

-       Pour une LNS aiguë :

o   Donner des informations adéquates

o   Conseiller au patient de rester actif et de continuer ses activités journalières normales (ainsi que le travail si possible)

o   Prescrire des médicaments si nécessaires pour l’antalgie (pris à intervalle régulier, avec un traitement de premier choix pour le paracétamol, et un traitement de deuxième choix pour les anti-inflammatoires non stéroïdiens)

o   Ne pas prescrire le repos au lit comme un traitement

 

-       Pour une LNS chronique :

o   CBT (Cognitive Behavioral Therapy, la TCC in french), thérapie d’exercices supervisés, éducation thérapeutique, MDT (Mechanical Diagnosis and Treatment)

o   Les écoles du dos peuvent être considérées

o   Ne sont pas recommandés : hotpack, coldpack, traction, corset, ultrasons et massage

 

Les auteurs ont enregistré leur protocole sur PROSPERO (https://www.crd.york.ac.uk/PROSPERO/). « Mais c’est le ClinicalTrials de la revue de littérature ? ». T’C k’C bien c’que tu dis ! On enregistre son protocole pour toute transparence, entre autres.

A l’aide d’équations de recherche, ils ont interrogé plusieurs bases de données dans le but de sélectionner les études contrôlées randomisées répondant à leur PICOTS. Ils ont donc exclu les études s’intéressant aux patients présentant une lombalgie d’étiologie pathologique (infection, néoplasme, métastase, ostéoporose, polyarthrite rhumatoïde, fracture et canal lombaire étroit) ainsi que les patients avec conditions neurodégénératives. Deux auteurs ont sélectionné et évalué les études, puis ils ont extrait les données. En cas de différent, un troisième auteur faisait consensus.

Vingt-trois études qui ont répondu à leurs critères d’éligibilité (totalisant 3359 patients). Trois modes d’administration de la TCC étaient retrouvés : de façon individuelle, en groupe ou combinée. De plus, cette thérapie était réalisée par des professionnels aux métiers différents : psychologues, kinésithérapeutes (youhou, c’est nous 😃), médecins ou auto-administrée (it means par le patient lui-même). La plupart du temps, les critères de jugement étaient la douleur et l’incapacité.

 

Et ça donne quoi ?

-       TCC versus pas de traitement :

o   A court terme, différence statistiquement significative pour la douleur et l’incapacité, en faveur du groupe TCC

o   A long terme, seule la douleur est statistiquement significative en faveur du groupe TCC

o   Pas de différence significative pour la qualité de vie

 

-       TCC versus traitement actif conservateur recommandé :

o   A court et long termes, différence statistiquement significative pour la douleur et l’incapacité en faveur du groupe TCC

o   Pas de différence significative pour la qualité de vie

 

A long terme, la plupart des études ont rapporté des effets majoritairement petits à modérés en faveur de la TCC, mais n’étant pas toujours statistiquement significatifs. En parallèle, quelques effets étaient grands et significatifs. Cette hétérogénéité a également été retrouvée pour les résultats à court terme. Les auteurs ont donc exploré certains facteurs pouvant expliquer cette diversité des tailles de l’effet. La qualité méthodologique leur est apparue comme étant un facteur de modulation. En effet, les études avec faible risque de biais restent en faveur du groupe TCC, mais avec une taille de l’effet plus petite et pas forcément statistiquement significative.

 

Presque toutes les études ont montré un effet en faveur de la TCC. Dans son mode d’administration, elle apparaît être intéressante puisqu’elle peut être proposée (et supportée) par différents acteurs (psychologue, kinésithérapeute, médecin, …). Malheureusement, les contenus des interventions ont été pauvrement rapportées dans les études, entravant donc une implémentation dans la pratique. C’est un problème bien connu et très limitant pour le clinicien qui souhaite mettre en application une thérapeutique justifiée par une étude ; mais qui se retrouve confronté à son manque de détails. Dans les prochaines études, il faudra donc veiller à ce que des descriptions plus complètes des interventions soient rapportées. De fait, nous pourrons appréhender au mieux les compétences nécessaires afin de pouvoir utiliser ces TCC. 

 

Cet article laisse néanmoins en suspens quelques questions. Par exemple, il serait intéressant de savoir :

-       quelle thérapie a la meilleure observance (thérapie active recommandée ou TCC) ?

-       si le couplage thérapie active recommandée et TCC est meilleur que l’un des deux seul ?

-       si il est nécessaire de faire des séances de TCC ponctuellement dans le temps pour maintenir les résultats ?

-       si les kinésithérapeutes peuvent acquérir toutes les compétences pour l’administrer (quid des compétences d’un kinésithérapeute pour identifier un état psychologique pré-morbide sous-jacent associé et adresser un patient vers un professionnel plus compétent) ?

-       quelle est la dose optimum de séances ?

-      

 

Encore de bien belles perspectives pour l’évolution de notre métier et de ses pratiques !

 

(t’as toujours pas compris le jeu de mot dans l’titre ? Ça va pour cette fois, regarde ici).

 

Température en hausse, barre chocolatée et planète du système solaire. J’vous kisse.

 

Adrien Pallot

 

 

 

[1]. Richmond H, Hall AM, Copsey B, Hansen Z, Williamson E, Hoxey-Thomas N, Cooper Z, Lamb SE. The Effectiveness of Cognitive Behavioural Treatment for Non-Specific Low Back Pain: A Systematic Review and Meta-Analysis. PLoS One. 2015 Aug 5;10(8):e0134192.

 

Lombalgie Chronique non-spécifique : à faire classer

Lombalgie chronique non spécifique : à faire classer

 

 

L’année 2016, réfléchie, donnait la joie. Cette année 2017, par le même procédé, apporte la soif. #JaiRienCompris #LikeDeGeek #PasserSaVieSurFacebook

Joie de voir l’Agence EBP apporter de plus en plus de contenu. Soif à présent d’en avoir encore plus. Oki, yep, dacodac (j’essaye de couvrir tous les âges du lectorat), on va s’en occuper, et c’est NOW !

Nous allons nous intéresser au dos dans ce post. Plus précisément, à l’utilisation d’une classification basée sur la Thérapie Fonctionnelle Cognitive (TFC). « J’ai déjà entendu parler de ça… », c’est cool, moi j’adore regarder tous les Bêtisiers de Noël pendant les fêtes. « Mais ça y est, ça m’revient, c’était pas une formation à l’Agence EBP justement ? », yo man (dixit F….o B….t), c’est ça ! Sûrement avec Mary O’Keeffe ! Tu veux y retourner ou t’as des potes qui voudraient y aller ? TOUT EST LA : http://www.agence-ebp.com/mary-okeefe/

 Dr. Mary O'Keefe (PT, PhD)

Dr. Mary O'Keefe (PT, PhD)

 

De quel article va-t-on parler ?

De celui de Vibe Fersum et al [1], et dans le al, y’a Peter O’Sullivan (le diablotin : miam miam miam ; l’ange : non, tu ne tomberas pas amoureuse aujourd’hui ; le diablotin : pourtant c’est Peter). Et dès l’introduction ça accroche ! En voilà un résumé, pour les références de chaque propos, je vous invite à aller dans l’article princeps [1].

 

Il n’y a actuellement aucun traitement (thérapie manuelle, exercice, acupuncture, injections rachidiennes et thérapie cognitive et comportementale) supérieur aux autres pour la prise en charge de la lombalgie chronique non spécifique (LCNS). L’impact à long terme de ces traitements est limité. Les raisons possibles de cela reposeraient sur deux grands domaines :

-       L’échec à traiter de manière adéquate les LCNS dans un cadre biopsychosocial multidimensionnel. Cette pathologie étant un cercle vicieux associé à différentes combinaisons de facteurs provocants : les facteurs cognitifs (croyances négatives, comportements d’évitement de la peur, dépression, stress, mauvaise stimulation et altération de l’adaptation), les facteurs physiques (postures douloureuses, schémas moteurs altérés, vigilance musculaire, comportements algiques et déconditionnement) et les facteurs concernant le style de vie (sédentarité, inactivité et troubles/manque de sommeil).

 

-       Un manque de système de classification multidimensionnel (SCM) orientant vers une prise en charge ciblée et patient-centrée pour ce groupe large de patients avec LCNS, d’où la nécessité de pouvoir identifier des sous-groupes (une priorité !!!)  dans ce groupe hétérogène : facteurs psychologiques, attitudes posturales et cinétiques, facteurs neurophysiologiques et styles de vie.

 

Malgré le manque de connaissance, quelques essais cliniques ont montré une tendance à l’amélioration des critères de jugements lorsqu’un SCM et/ou des interventions ciblées d’approche biopsychosociale pour la LCNS ont été utilisés. Et justement, un nouveau SCM a été développé et présente une approche de raisonnement clinique patient-centrée à plusieurs niveaux afin de classer de manière large le patient et de proposer une intervention ciblée (et donc patient-centrée également) appelée TFC. Ce SCM apparaît avoir des propriétés clinimétriques correctes, mais non exhaustives encore. « Ouch, clinimétrie, comme ça, en début d’année ? Ça commence fort, non ? » Mais non, don’t worry, c’est tout simple : la clinimétrie est la métrologie appliquée aux tests cliniques diagnostiques. Ah zut, métrologie maintenant, c’est ça ? « Oui, c’est ça ! » La métrologie est la science des mesures, en gros c’est la science qui teste mesures et tests/outils. Cela permet, dans notre cas, de savoir si certaines propriétés clinimétriques (fiabilité, précision diagnostique, sensibilité au changement, …) sont de bonne qualité afin de justifier l’emploi dudit outil (ici le SCM). Et l’étude ici avait comme objectif de voir l’efficacité d’une TFC basée sur ce SCM (groupe TFC-SCM) comparée à une prise en charge avec thérapie manuelle et exercices (groupe TM-EX) pour les patients avec LCNS.

 

Et pour ça, les auteurs ont fait un essai contrôlé randomisé, avec les critères PICOS suivants :

-       Patient :

o   Critères d’inclusion : LCNS diagnostiquée >3 mois (principalement de T12 au pli fessier), douleur provoquée et soulagée par des postures/mouvements, d’au moins 2/10 sur l’EN (échelle numérique) au cours des 14 derniers jours et un Oswestry Disability Index (ODI) > 14%.

o   Critères de non inclusion : see the paper, the list is long !

-       Intervention : 12 semaines de TFC-SCM comportant 4 composantes : une cognitive (avec l’élaboration du cercle vicieux de chaque patient grâce aux données de l’examen), des exercices spécifiques conçus pour normaliser des comportements moteurs mal adaptés, l’intégration fonctionnelle des activités de la vie de tous les jours rapportées par le patient comme étant algiques et/ou évitées ; et un programme d’activité physique adapté. La première séance était d’une heure, les suivantes de 30 à 45 minutes (mais c’est que c’est faisable chez nous alors :-D !!!). Une séance par semaine lors des 2-3 premières semaines puis une séance toutes les 2-3 semaines (non, non, j’me suis pas trompé, c’est bien ça) jusqu’à 12 semaines.

-       Comparateur : 12 semaines de TM-EX : mobilisation articulaire du rachis et du pelvis d’une posologie laissée à la discrétion de chaque thérapeute en fonction des résultats de l’examen ; et exercices généraux et/ou de contrôle moteur (muscles abdominaux profonds). Même posologie de séance que l’autre groupe.

-       Outcome (critère de jugement) : le principal est l’ODI, il y en a 7 secondaires (douleur, amplitude rachidienne lombaire, …).

-       Schéma d’étude : essai contrôlé avec randomisation, allocation secrète, groupes comparables au départ, évaluateurs en aveugle, comparaisons inter-groupes et taille de l’effet (ce sont tous les points de qualité méthodologique sur l’échelle PEDro qui sont présents dans cette étude). Il n’y a pas aveuglement des thérapeutes et des patients, mais c’est impossible avec de tels groupes. Par contre, il y a trop de perdus de vue et l’analyse statistique n’est pas en intention de traiter (« Mais c’est quoi ça ??? » Une prochaine fois, y’a déjà plein d’infos à digérer là ;-)).

 

Un interrogatoire et un examen physique a été réalisé pour chaque sujet participant. C’est passionnant à lire, j’vous conseille fortement de le faire si cela vous intéresse, y’a même le SCM en appendix 1, et le tout est en accès libre (= c’est gratos) ici : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3796866/.

 

Et ça donne quoi ?

Un peu trop de perdus de vue, c’est chiant, ça altère des choses bien comme la randomisation. Pour tous les critères de jugement (principal et secondaires), à 3 mois et 12 mois (soit à la fin de la thérapeutique et 9 mois après celle-ci), il y a une différence statistiquement et cliniquement significative en faveur du groupe TFC-SCM selon les auteurs (sauf pour l’amplitude lombaire). La taille de l’effet est de 9,7 sur l’ODI à 3 mois et 8,2 à 12 mois (en faveur du groupe TFC-SCM). En moyenne, sur ce critère de jugement principal, ce groupe s’est amélioré de 13,7 points, alors que le groupe TM-EX s’est amélioré de seulement 5,5 points.

Attention tout de même à nuancer ces résultats, en effet le changement minimum détectable de l’ODI pour une telle patientèle est très proche de 10. Cela signifie qu’en-dessous de 10 points, il n’est pas possible de savoir si le changement est réel ou simplement dû au hasard, à l’erreur de mesure, … (exactement comme les fameux 5° de goniomètre appris bien sagement et la plupart du temps sans approfondissement à l’école). De fait, sur les 13,7 points, on peut n'être plutôt sûr que de quelques points, pas plus :/.

 

On repart donc avec de belles perspectives, mais d’autres études sont nécessaires pour confirmer ou infirmer ces résultats. D’ailleurs Mary O’Keeffe est sur le coup (enfin sur les lombaires plutôt ; c’est nul comme blague, hein ? M’en fous c’est mon cadeau de Noyeeeeelle !) et son protocole, en accès libre aussi, est disponible ici : https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/26033941.

Qu’est-ce qu’il y a à retenir ?

Que c’est la première étude pour la LCNS utilisant un SCM nouveau et une approche fonctionnelle cognitive (et faut absolument pas hésiter à regarder toutes les annexes de ce papier très intéressant et exhaustif, ALL IS FREE !).

Que l’approche fonctionnelle cognitive montre des tailles de l’effet statistiquement et cliniquement significatives autant pour le critère de jugement principal que les secondaires (étant, in fine et en globalité, multidimensionnels).

  

EBP, repas arrosé et vœux de nouvelle année ! J’vous aime !

 

Adrien Pallot

 

[1]. Vibe Fersum K, O'Sullivan P, Skouen JS, Smith A, Kvåle A. Efficacy of classification-based cognitive functional therapy in patients with non-specific chronic low back pain: a randomized controlled trial. Eur J Pain. 2013 Jul;17(6):916-28.

 

 

 

Un Français publie dans Physiotherapy Theory & Practice !

Nolwenn Poquet dont nous parlions dans un précédent post Facebook n'est plus la seule Française à avoir publié dans un journal de renom ! 

Francis Grondin, Kinésithérapeute Français, vient de publier un article sur le lien entre l'articulation Temporo-Mandibulaire et les Cervicales, avec Toby Hall !

Merci Francis de montrer que "la lumière ne vient pas que de l'étranger" et que les Kinésithérapeutes Français sont tout aussi talentueux ou du moins en devenir... 

Chose dont nous sommes convaincus ;)

 



 

Une Vision Scapulaire

Une Vision Scapulaire

 

Comme nous l’avions déjà évoqué dans l’article La tête dans les épaules, les épaules douloureuses ont une forte prévalence au sein des troubles musculosquelettiques. Le traitement conservateur, incluant des exercices, est le principal traitement de première intention. Seulement, il existe une incertitude concernant l’efficacité des différentes approches et ceci résulte en d’importantes variations des résultats cliniques.

L’une d’elle consiste à s’intéresser aux dyskinésies scapulaires (positions et/ou mouvements scapulaires altérés), étant l’une des étiologies des épaules douloureuses.

Mais pardi, WHY ? But because, comme le répétait y’a encore pas si longtemps que ça Frédéric Srour au Marriott lors de la conférence l’Epaule au TOP : et si c’était la scapula qui n’était pas bien placée ? Lors de la conférence Frédéric montre une vidéo d’une otarie équilibrant un ballon sur son nez.

Dans cette illustration de l’importance du placement scapulaire pour maintenir une tête humérale bien centrée, on voit une otarie se déplaçant dans son lieu de vie tout en contrôlant la position du ballon sur son nez. On en ressort bousculé, la scapula aurait aussi son rôle de centrage correct ! Une brillante idée cette vidéo, bravo !

Et de nombreuses questions en découlent : est-ce qu’il existe des rééducations à l’approche plutôt scapulaire ? Si oui, sont-elles efficaces ? Est-ce une vidéo personnelle de Frédéric un jour de sortie au zoo ? Serait-ce le résultat de son travail en tant que membre de l’Association des Dompteurs Amateurs d’Otarie (ADAO) ? Est-il profondément otariophile ? Que de mystères à percer…

Alors, il dit quoi ce nouvel article [1] ?

Bah justement, son objectif est de faire une revue systématique et une méta-analyse sur l’efficacité des approches centrées sur la scapula dans les douleurs d’épaules (liées à la coiffe des rotateurs).

C’est-à-dire ?

Les auteurs ont cherché des articles dans des bases de données (une très belle liste) selon des termes de recherche précis, dans les listes de références (ça c’est du bon boulot) et auprès d’experts de la thématique pour identifier tout autre papier publié ou non (et ça, ça envoie du niveau). Bien évidemment, ils ont utilisé les critères PICOS (et même PICOSLS) pour présenter leurs critères d’inclusion. « Euh, excusez-moi, c’est si important qu’ça ? » Carrément ! Ca participe à définir le cadre clinique et les limites de l’extrapolation. Tenez, les voilà, c’est cadeau :

-       Population : adultes avec des signes d’épaules douloureuses liées à la coiffe des rotateurs (dont syndrome sous-acromial) : douleur unilatérale, localisée sur l’acromion, aggravée par les mouvements au-dessus de la tête, généralement avec toute l’amplitude articulaire, une combinaison de tests de conflit positifs, un arc douloureux présent, une reproduction ou une aggravation de la douleur aux tests musculaires résistés, une absence d’implication du rachis cervical.

-     Intervention : approche centrée sur la scapula (exercices, étirements et/ou thérapie manuelle) avec l’intention de changer la biomécanique scapulaire (position, mouvement, force, contrôle moteur et/ou longueur musculaire).

-       Comparateur : tout comparateur général ou non centré sur la scapula.

-   Outcome (critère de jugement) : toute mesure valide de report de la douleur et/ou de l’incapacité (ainsi que de la biomécanique).

-       Schéma d’étude : essais contrôlés randomisés (ECR).

-       Langue : restriction aux articles anglais et espagnols.

-       Cadre : pas de cadre particulier.

 

L’extraction des données a été faite par l’un des auteurs, un deuxième a checké si le premier avait bien fait son taf. En mode contremaitre quoi. La même a été effectuée pour l’évaluation de la qualité méthodologique des articles, utilisant l’échelle PEDro (ça tombe bien, puisque ce sont que des ECR). Il n’a été possible de faire une méta-analyse… « STOP ! » Mais monsieur, on stoppe pas comme ça l’élan d’écriture que je commençais à avoir !! « Si ! Mets ta quoi ? » Ah oui, désolé, une méta-analyse.

C’est une façon quantitative de rassembler les résultats de plusieurs études, quand cela est possible, entre autres quand c’est homogène. D’ailleurs ici, ils n’ont pu le faire que pour les critères douleur et incapacité, pas pour la biomécanique scapulaire. Le truc c’est de reprendre les données, les pooler (regrouper entre elles) et refaire des stats comme si on n’avait fait qu’une étude.

Ca permet d’envoyer des résultats plus péchus. Mais quand c’est impossible à faire, on se contente d’une synthèse qualitative. Avec des ECR, l’utilisation de l’échelle des niveaux de preuve de van Tulder [2], comme ils l’ont fait pour la biomécanique, est pertinente :

-   Forts : résultats cohérents issus de multiples essais contrôlés randomisés (ECR) de haute qualité,

-     Modérés : résultats cohérents issus de multiples ECR de faible qualité et/ou d'essais cliniques contrôlés non randomisés (ECC) et/ou d'un ECR de haute qualité,

-       Limités : résultats issus d'un ECR et/ou ECC de faible qualité,

-       Conflictuels : résultats incohérents issus de plusieurs essais (ECR et/ou ECC),

-       Sans preuve : résultats n'étant issus ni d'ECR, ni d'ECC.

 

Et ça donne quoi alors ?

Sur les 437 articles trouvés, seulement 4 ont été gardés pour la revue systématique, les autres ne rentraient pas dans les critères d’inclusion. La qualité méthodologique allait de 5 à 7 points sur l’échelle PEDro. Les groupes d’intervention et de comparateur n’étaient pas forcément identiques entre les articles (ajout d’exercices scapulaires dans le groupe intervention, groupes complètement différents, …). Leur tableau 5 rapporte les caractéristiques détaillées des études incluses, je vous renvoie à lui pour plus d’informations. 

Pour la douleur : il y a une différence statistiquement significative en faveur de l’approche centrée sur la scapula (versus une approche plus générale) à court terme (6 semaines) mais pas cliniquement significative (c’est trop petit pour être jugée utile dans la pratique) : différence d’EVA (sur 10 points) = 0,7 avec un intervalle de confiance à 95% (IC95%) : 0,4 à 1,0.

Pour l’incapacité : il y a une différence statistiquement et cliniquement significative entre les deux approches (14 points sur 100 avec un IC95% de 11,2 à 16,8) à court terme (6 semaines), mais pas significative à 3 mois (mais seulement basée sur une étude).

 

Enfin, pour la biomécanique scapulaire, il y a des preuves conflictuelles. Les études à haut risque de biais montrent qu’il y a un changement significatif dans le groupe d’approche scapulaire, alors que celles à faible risque de biais rapportent des résultats contradictoires selon les différentes mesures de la biomécanique scapulaire.

 

Bien évidemment, il y a que trop peu d’études concernant ce sujet, et elles ne sont pas toutes homogènes dans leur comparaison. Difficile de tirer une conclusion sûre surtout pour les effets à long terme (une seule étude s’y est collée). Il est nécessaire que d’autres études viennent renforcer, dans un sens ou dans un autre, ces résultats. Pour la pratique, une orientation clinique claire concernant le traitement conservateur optimal est impossible à statuer. Les auteurs recommandent donc aux cliniciens de prendre en compte pour leur décision thérapeutique leur expérience, les préférences du patient et un mélange des approches (car pour l’instant rien ne se dessine à être supérieur concernant cette thématique). De l’Evidence-Based Practice quoi !

 

Je rajouterai tout de même, en conclusion, un important écueil à mes yeux concernant ce papier. Si l’on analyse bien le P de PICOS de cet article, ainsi que les critères d’inclusion des articles primaires retenus pour cette revue (le fameux tableau 5 sus-cité), il n’y a aucune information sur le fait qu’il y avait des problématiques scapulaires chez les patients inclus. Or, comme le rapporte Seitz et al. [3], une pathologie de la coiffe peut avoir comme étiologie extrinsèque une dyskinésie scapulaire, mais ce n’est pas la seule étiologie possible et plusieurs peuvent se cumuler. De fait, je pense qu’il aurait fallu être plus spécifique, et n’inclure que le sous-groupe intéressé : celui des épaules douloureuses sur une étiologie de dyskinésie scapulaire. Car la dyskinésie peut aussi être une réponse compensatrice de la douleur et qu’il est sûrement plus probable d’être efficace d’utiliser le bon outil face à la bonne case diagnostique…

 

Adrien Pallot

 

[1]. Bury J, West M, Chamorro-Moriana G, Littlewood C. Effectiveness of scapula-focused approaches in patients with rotator cuff related shoulder pain: A systematic review and meta-analysis. Man Ther. 2016 Sep;25:35-42.

 

[2]. van Tulder, M, Furlan, A, Bombardier, C, Bouter, L. Updated method guidelines for systematic reviews in the cochrane collaboration back review group. Spine. 2003; 28, 1290-9.

 

[3]. Seitz AL, McClure PW, Finucane S, Boardman ND 3rd, Michener LA. Mechanisms of rotator cuff tendinopathy: intrinsic, extrinsic, or both? Clin Biomech (Bristol, Avon). 2011 Jan;26(1):1-12.

 

 

 

 

 

Une excellente nouvelle pour les Kinés & l'Échographie?

Attention ! Sujet #Bouillant !

L’échographie peut-elle prédire l’apparition d’une douleur tendineuse ?

C’est la question à laquelle ont essayé de répondre McAuliffe et al. (2016) en réalisant sans doute l’une des Revues Systématiques la plus importante de l’année.

Chose rare, les auteurs ont également pu faire une Méta-Analyse de leur données : ils ont cumulé l’ensemble des résultats des études sélectionnées et calculé une moyenne pour tirer leur conclusion !

L’objectif exact de cette étude était de savoir si des anormalités retrouvées à l’imagerie chez des patients asymptomatiques étaient prédictives de l’apparition de douleur tendineuse au niveau des tendons patellaire et d’Achille.

#Exciting

Méthodologie.
Sur 6449 papiers retrouvés dans les bases de données, seul 17 ont été inclues dans la revue systématique et uniquement des études prospectives.

Les résultats sont les suivants :

Pour le tendon patellaire :

La présence d’anormalités à l’échographie à l’examen initial augmentait de 4,35 (IC95% 2,62 ; 7,23) le risque que ce tendon devienne symptomatique.

Au total, 21% (33/159) des tendons qui avaient des anormalités asymptomatiques sont devenus douloureux versus 4% (16/431) des tendons asymptomatiques ayant une structure normale.

Pour le tendon d’Achille :

La présence d’anormalités à l’échographie à l’examen initial augmentait de 7,33 (IC95% 2,95 ; 18,24) le risque que ce tendon devienne symptomatique.

Au total, 23% (16/70) des tendons qui avaient des anormalités asymptomatiques sont devenus douloureux versus 2% (3/204) des tendons asymptomatiques ayant une structure normale.

Conclusion des auteurs : pour les tendons patellaire et d’Achille, le fait qu’un tendon asymptomatique présente des anormalités augmenterait le risque de développer des symptômes dans le futur par 5 !

#SoWhat ?

Implications Cliniques

Ces données suggèrent que faire des imageries avant une saison sportive par exemple, pourrait permettre d’identifier les sportifs les plus à risques de développer des douleurs tendineuses et donc de leur proposer des interventions spécifiques pour diminuer les risques de développer des pathologies…

Imaginez que vous traitiez Messi, Zlatan… ou tout aussi bien vos patients au cabinet ?

 

Excitant de pouvoir prédire le futur n’est-ce pas ? Cela pourrait avoir des implications énormes… Mais est-ce si simple ? Y-a-t-il des limites à ces résultats ?

 

Premièrement, la chose à bien comprendre dans cet article est la notion de risque.

D’après cette étude, avoir des anormalités augmente le risque de développer de la douleur. Ce n’est pas un lien causal, c’est une augmentation de la probabilité… et ça fait une sacrée différence !

On voit déjà certains arriver et dire :

-       «  Avec mon superbe appareil d’écho j’arrive à prédire qui aura mal à son tendon dans le futur. »

et à l’inverse les contradicteurs de dire :

-       « Nan mais c’est comme avec le cancer du poumon, y’en a qui ont jamais fumé et qui l’ont… bé il y a en a qui ont des tendons normaux et qui auront mal… »

C’est juste une notion de RISQUE, augmenté ou pas, c’est tout !

Deuxièmement, il faut prendre en compte la présence des anormalités chez une population asymptomatique. En effet près de 60% des sportifs présentent des anormalités asymptomatiques. Il faut par conséquent ajuster le risque par rapport à cette prévalence très élevée. La probabilité qu’un patient ayant des anormalités développe des symptômes s’en trouve alors fortement réduite.

Troisièmement la reproductibilité de l’échographie inter-examinateur reste un problème majeur. Et c’est ici que le bât blesse. Car même si certaines études montrent une bonne reproductibilité relative pour la mesure de l’épaisseur ou de la section transversale des tendons, la néo-vascularisation des tendons au doppler ou l’identification de zones hypoechogènes restent très peu reproductible inter-évaluateur.

Enfin, un autre effet confondant et non des moindres est le potentiel effet nocebo d’une telle imagerie. Dans cette revue systématique il n’est pas précisé si les patients imagés étaient en aveugle ou pas. C’est à dire, s'ils connaissaient le résultat de leur échographie alors qu’ils n’avaient pas mal. On peut aisément imaginer l’influence délétère que peut induire la connaissance de ces résultats. Dans les études analysées cela n’était pas reporté ou pas de façon claire.  Il serait d’ailleurs intéressant d’étudier les effets des variables bio-psycho-sociales versus imagerie pour savoir la ou lesquelles auraient le plus de pouvoir prédictif, voir même si la combinaison des deux ne serait pas encore plus intéressante pour inférer le devenir des tendons de vos patients !

Conclusion EBP : c’est un beau papier, très bien construit, éminemment clinique et très informatif mais qui nous montre que nous avons encore énormément de travail à fournir pour apprécier au mieux la valeur de l’échographie en pratique courante.

Flavio Bonnet

--> Les commentaires et échanges ci-dessous sont la bienvenues ! <--

La tête dans les épaules

La tête dans les épaules

Baser ses décisions cliniques sur l’evidence-based practice, c’est bien. Que ces décisions cliniques soient bio-psycho-sociales, c’est mieux ! 

Et c’est à des conditions bio, psycho et sociales que s’est intéressée Rachel Chester dans le traitement kinésithérapique des épaules douloureuses [1]. Rachel Chester est professeure à l’Université d’East Anglia et kinésithérapeute spécialisée à l’hôpital universitaire de Norfolk et Norwich. Elle a publié en juillet 2016 dans le British Journal of Sports Medicine (BJSM) les résultats d’un travail remarquable [1], dont elle a conçu le schéma d’étude avec les trois autres auteurs de cet article : Christina Jerosch-Herold, Lee Shepstone et l’incroyable Jeremy Lewis (oui oui, l’un des résidents de l’Agence EBP) ! Plutôt bien épaulée Rachel (#JeanBlaguin) !

Dans l’introduction d’une précédente publication [2], Chester et al. reviennent sur l’importante prévalence des épaules douloureuses dans les troubles musculosquelettiques et le manque de données précises sur le coût de leur traitement. Ils rapportent qu’on ne connait pas non plus le traitement le plus efficace pour cette pathologie, ni les indicateurs permettant de savoir qui répondra favorablement ou non aux traitements kinésithérapiques. Car effectivement, le traitement de première intention est non chirurgical et la plupart du temps kinésithérapique. Nous nous retrouvons donc avec des facteurs pronostiques incertains des résultats kinésithérapiques, ne pouvant rentrer dans la prise de décision clinique. Quels sont ces facteurs cliniques et psychologiques qui sont associés avec de bons ou de mauvais résultats kinésithérapiques ?

physiotherapie_01.jpg

Pour y répondre, Chester et al. [1] ont réalisé une série de cas multicentrique. Et là où c’est swag, c’est qu’on peut dire qu’il y a du monde ! Et heureusement, car lorsqu’on souhaite savoir si un déterminant (= un facteur, mais pas celui à vélo, hein) influe réellement (positivement ou négativement) sur une pathologie, un signe, un pronostic, … Le nombre nécessaire de sujets pour une telle étude dépend directement (mais pas que) du nombre de facteur que l’on veut analyser. Pour les 71 qu’ils ont souhaités étudier, il fallait 780 patients. Pour être large (ça, ça signifie que dans une étude scientifique, on grossit le nombre nécessaire car on s’attend à des perdus de vue, des arrêts, …), ils tablaient sur 1000 personnes. Ils en ont eu 1030 ! Whaouh !

Mais on parle de qui au fait ?

Eh bien de 1030 personnes de plus de 18 ans avec douleurs à l’épaule ou au bras aggravées par les mouvements d’épaule. Par contre, ont été exclus les patients dont la douleur était aggravée à la mobilisation spinale, ou plus à la mobilisation spinale qu’à celle de l’épaule ; et ceux présentant les étiologies suivantes : radiculopathie, post-chirurgie, post-fracture et luxation post-traumatique.

But what happened?

71 facteurs pronostiques ont été recueillis auprès des patients. Ces facteurs ont été sélectionnés à partir d’études précédentes, en analogie à d’autres pathologies musculosquelettiques et à partir d’avis de cliniciens et de patients. Avant le début de leur prise en charge kinésithérapique, plusieurs données ont été récoltées : histoire de la maladie, résultats de l’examen clinique et de deux auto-questionnaires (SPADI et QuickDASH). A la fin de la prise en charge, des détails sur celle-ci ont été récupérés (à l’aide d’un cahier que doit remplir le patient), ainsi que les autres formes de traitement réalisé. Le SPADI (Shoulder Pain and Disability Index, auto-questionnaire sur la douleur et les limitations d’activités) et le QuickDASH (Quick Disability of the Arm, Shoulder and Hand Questionnaire, auto-questionnaire sur les limitations d’activités et les restrictions de participation) ont été remplis également à 6 semaines et 6 mois après le début de la prise en charge kinésithérapique. 

And so?

Après avoir utilisé des outils statistiques avec des noms composés de mots qu’on utilise (presque) jamais en soirée jazzy au Caveau des Oubliettes un jeudi soir, les résultats tombent. Suspense. Encore un peu de suspense. Le rideau n’est toujours pas levé. Pourtant, il ondule, ça doit s’activer derrière… On éteint les lumières, le long tissu rouge s’élève ! Eh bien, sur les 1030 patients initiaux, 772 ont retourné les deux auto-questionnaires à 6 semaines et 6 mois (mais c’est super cool, à 8 près on est à 780 ! :-D), 68 ne les ont retournés qu’à 6 semaines, 39 seulement à 6 mois (151 ne les ont pas retournés). Ces 772, comparés aux 258 (68+39+151) non-répondants entièrement, étaient plus vieux, avaient un plus grand sentiment d’efficacité personnelle concernant la douleur, étaient deux fois plus susceptibles de faire des activités de loisirs, étaient trois fois plus susceptibles d’avoir complété entièrement leur prise en charge kinésithérapique et étaient moins susceptibles d’avoir posé des lapins à leur thérapeute. 

On y va ? Yep !

A 6 semaines et à 6 mois, de meilleurs résultats au SPADI et au QuickDASH étaient associés à:

-       Une douleur et une incapacité plus faibles mesurées par ces deux auto-questionnaires,

-       L’attente d’une récupération complète par le patient à propos de son traitement kinésithérapique, en comparaison à s’attendre à une légère récupération,

-       Un meilleur sentiment d’efficacité personnelle concernant la douleur,

-       Travailler ou être étudiant, en comparaison à ne pas l’être,

-       Une sévérité faible de la douleur au repos.

 

A 6 semaines seulement :

-       De meilleurs résultats au SPADI et au QuickDASH étaient associés à :

o   Absence de douleur au quadrant supérieur controlatéral (en comparaison de la présence de douleur),

o   Pas d’antécédent d’opération majeure d’épaule (en comparaison avec leur présence).

-       De meilleurs résultats au SPADI seulement étaient associés à :

o   L’attente d’une récupération complète par le patient à propos de son traitement kinésithérapique, en comparaison à s’attendre à aucun changement,

o   Augmentation de l’amplitude active de l’abduction.

-       De meilleurs résultats au QuickDASH seulement étaient associés :

o   Etre un homme (comparé à être une femme).

 

A 6 mois seulement :

-       De meilleurs résultats au SPADI et au QuickDASH étaient associés à :

o   Une durée plus courte des symptômes,

o   Pas d’autres problèmes de santé associés (en comparaison à un, et particulièrement à 2 ou plus),

o   Réduction de la douleur ou augmentation de l’amplitude d’élévation lors d’une facilitation manuelle du mouvement scapulaire lors de l’élévation.

-       De meilleurs résultats au SPADI seulement étaient associés à :

o   L’exercice hebdomadaire le plus intense classifié comme modéré (comparé à aucun),

o   Diminution de la différence d’amplitude entre l’abduction passive et active d’épaule.

-       De meilleurs résultats au QuickDASH seulement étaient associés à :

o   Seulement une épaule affectée (en comparaison aux deux).

 

 Et en pratique ?

Une plus grande attente de récupération du patient via la kinésithérapie, un sentiment plus fort d’efficacité personnelle concernant la douleur et des patients actifs (travail, loisirs, étudiant, …) sont associés à de meilleurs résultats. Ceux de l’examen clinique évoquant un diagnostic structurel n’étaient pas associés de manière cohérente avec les résultats. Les prédictions kinésithérapiques concernant la façon dont un patient va répondre au traitement ne peuvent être invoquées, une approche plus formalisée est nécessaire. Les informations psychosociales, en complément de celles biomédicales, doivent être formellement évaluées et intégrées à la prise de décision à propos des différentes options possibles.

De fait, les médecins qui adressent les patients aux kinésithérapeutes devraient renforcer l’attente positive de récupération due au traitement kinésithérapique. Les facteurs psychologiques, comme cette attente et le sentiment d’efficacité personnelle concernant la douleur, devraient être évalués formellement en utilisant des outils de mesures standardisés. Les patients avec des douleurs au repos et/ou des douleurs provenant d’autres comorbidités pourraient être guidés vers un accompagnement antalgique médical approprié ou d’autres traitements antalgiques avant, ou en parallèle, à la prise en charge kinésithérapique. Enfin, une approche multidisciplinaire devrait être considérée et proposée aux patients présentant des réponses psychologiques plus « extrêmes » associées à :

-       Des résultats moins bons,

-       Une douleur au repos de l’épaule ne répondant pas à la médication prescrite par le médecin,

-       Un statut sans-emploi (ou non étudiant) alors qu’ils ont l’âge de l’être.

 

 

 

[1]. Chester R, Jerosch-Herold C, Lewis J, Shepstone L. Psychological factors are associated with the outcome of physiotherapy for people with shoulder pain: a multicentre longitudinal cohort study. Br J Sports Med. 2016 Jul 21.

 

[2]. Chester R, Shepstone L, Daniell H, Sweeting D, Lewis J, Jerosch-Herold C. Predicting response to physiotherapy treatment for musculoskeletal shoulder pain: a systematic review. BMC Musculoskelet Disord. 2013 Jul 8;14:203.

 

 

Adrien Pallot

Une revue Cochrane conclue de façon positive !

Une revue systématique de la Cochrane conclue concernant l'arthrose de genou et de hanche que :

"Il y a des preuves fiables que la gymnastique au sol apporte des bénéfices, au moins à court terme, en matière de réduction de la douleur du genou et d'amélioration des capacités physiques des personnes souffrant d'arthrose."

C'est assez rare que les auteurs de la Cochrane puissent conclure de façon si formelle sur une thématique, donc ça mérite d'être souligné ! 

Le lien en français vers le résumé

L'abstract en anglais

La Clinique du Coureur intègre l'Agence EBP !

La Clinique du Coureur intègre l’Agence EBP !

 

Nous sommes très heureux d’annoncer le partenariat entre l’Agence EBP et La Clinique du Coureur !

Comme vous le savez, l’Agence EBP recrute les meilleurs chercheurs et cliniciens au monde pour vous proposer des formations continues de haute qualité en phase avec les données actuelles de la science.

La Clinique Du Coureur est un organisme de formation continue Québecois pour les professionnels de santé qui est devenue une référence mondiale en prévention des blessures en course à pied.

En plus d’enseigner son expertise sur les cinq continents, elle s’est donnée comme mission d’encourager l’activité physique en partageant ses bienfaits. La promotion de la santé par le sport lui tient à coeur et elle est aussi impliquée socialement dans le milieu de la course à pied.

La spécificité de La Clinique du Coureur est qu’elle réalise mensuellement une analyse pointue de la littérature qu’elle couple à son expertise clinique.


Les outils pédagogiques et les modes d’enseignements utilisés sont par ailleurs remarquables ce qui fait que les cours de La Clinique du Coureur comptent parmi les cours les plus interactifs et enrichissant que l’on connaisse.

C’est donc naturellement qu’un partenariat s’est créé avec l’Agence EBP !

Nous espérons que cela enrichira vos connaissances et augmentera vos compétences pour prendre en charge les coureurs… le tout basé sur les preuves bien sûr !

Les inscriptions pour les cours sont disponibles sur ce lien : cliquez ici.

15 choses que vous ne saviez pas à propos du mal de dos !

15 choses que vous ne saviez pas à propos du mal de dos (lombalgie).

Mary O’Keeffe (University of Limerick), Dr Kieran O’Sullivan (University of Limerick), Dr Derek Griffin (Tralee Physiotherapy Clinic)

Reproduction autorisée.

Traduction : Benjamin BOLLA (OMT-France)

Relecture : Nicolas SAVOUROUX (OMT-France)

Le mal de dos est un problème si fréquent qu’il coûte plus cher aux Etats plus que le traitement combiné du cancer et du diabète, mais il existe beaucoup de mythes autour de ce problème.Nous avons questionné des experts Irlandais sur ce problème afin de faire la lumière sur cette pathologie.La recherche scientifique dans le domaine de la lombalgie a progressé depuis quelques années et elle vient remettre en question les croyances largement répandues sur ce sujet qui semble toucher tant de personnes.

La prise en charge des maux de dos coûte plus cher aux Etats que le cancer et le diabète combinés. La plupart de ces coûts sont liés au traitement des patients atteints de douleurs chroniques.

1) Le mal de dos est un problème banal et normal.

80% des gens souffriront d’un épisode de mal de dos au cours de leur vie. Souffrir du dos, c'est comme être fatigué ou être triste; nous n’aimons pas forcément cela, mais cela survient chez presque tout le monde à un moment au cours de la vie. Au contraire, ce qui n’est pas banal, c’est de ne PAS récupérer de son mal de dos.La plupart des maux de dos sont le résultat d’une simple lésion tissulaire et le pronostic est vraiment excellent. Durant les 2 premières semaines suivant un épisode aigu, la plupart des personnes rapportent une amélioration significative de leurs symptômes et près de 85% des personnes auront complètement récupéré sous 3 mois. Seul un très faible pourcentage des gens développent des problèmes invalidant à long terme.

2) Les imageries médicales (Radios, IRM, Scanner, Echographie...) sont rarement nécessaires

A la fois les professionnels de santé et la population générale pensent souvent qu’il est nécessaire de faire une imagerie « au cas où » il y aurait un grave problème contribuant à leur douleur. Au contraire, toutes les preuves scientifiques suggèrent que les imageries médicales ne montrent des éléments importants que dans une infime minorité des cas de patients avec des maux de dos.Une simple consultation avec un professionnel de santé (médecin généraliste ou un physiothérapeute/ kinésithérapeute) devrait normalement suffire pour déterminer s’il est nécessaire ou non de réaliser une imagerie médicale en fonction des symptômes et de l’histoire médicale.

3) L’interprétation des imageries médicales devrait être faite avec prudence

Nous avons pour habitude de penser que si nous disposons d’une assez bonne image de notre colonne vertébrale grâce à des imageries, cela sera d’une grande aide dans la résolution de mal de dos.Au contraire, nous savons désormais que la plupart du temps pas, ce n’est pas le cas.Quand les gens réalisent des imageries dans le cadre de leur mal de dos, les imageries mettent souvent en évidence des éléments qui ne sont pas vraiment liées à leur douleur. En réalité, les études ont même montré que les personnes n’ayant pas de douleur au dos présentaient des éléments à l’imagerie comme : des bombements discaux (52%), des disques dégénératifs (90%), des hernies discales (28%) et des changements arthrosiques visibles (38%).

Souvenez-vous, ces personnes n’ont pas de douleur ! Malheureusement, il est souvent dit aux personnes présentant un mal de dos que ces éléments sont la preuve que leur dos est endommagé. Ceci pouvant conduire à des peurs, de la détresse et un évitement des activités. La vérité est que la plupart de ces signes retrouvés lors des imageries correspondent plus à une sorte de calvitie - signe de vieillissement et de la génétique - qui n’est pas douloureuse.

4) Le mal de dos n’est pas du à quelque chose « de déplacé »

Aucune preuve scientifique ne montre que le mal de dos serait du à un os ou a une articulation du dos déplacée, ou à un bassin mal-aligné. Pour la majorité des maux de dos, les imageries ne mettent pas en évidence d’éventuels disques, os, ou articulations déplacées.Dans une très faible proportion des patients souffrant de maux de dos, il existe des changements au niveau de l’alignement de la colonne vertébrale mais cela ne semble pas être réellement en lien avec la douleur.

Bien sûr, il faut noter que beaucoup de personnes se sentent mieux après avoir été traité, par exemple, par une manipulation (qui est un mouvement rapide d’une articulation avec souvent un bruit / craquement articulaire). Cette amélioration est en réalité due à une diminution à court-terme : de la douleur, du tonus musculaire, de la tension et de la peur du mouvement mais elle n’est pas liée à un réalignement structurel du corps.

5) Le repos au lit n’est pas bénéfique

Dans les premiers jours suivant la blessure initiale, le fait d’éviter les activités qui aggravent votre douleur peut aider réduire votre douleur. C’est le cas pour des douleurs sur n’importe quelle autre partie du corps comme par exemple dans une entorse de cheville.En revanche, de fortes preuves existent et suggèrent de rester actif et de reprendre les activités habituelles progressivement, ce qui inclue le travail et les loisirs, car c’est important pour la guérison.A l’inverse, le fait de rester au repos au lit ne vous aidera pas, et cette attitude est associée avec un haut niveau de douleur, une plus grande incapacité, une plus mauvaise récupération, et une plus longue absence au travail. En fait, il semblerait que plus une personne reste au lit à cause de son mal de dos, pire sera sa douleur.

6) L’augmentation des douleurs lombaire n’est pas synonyme de plus de dommage dans votre colonne

Cela peut sembler étrange, mais nous savons que l’augmentation de la douleur n’est pas forcément en lien avec une augmentation des blessures de votre colonne. En réalité, deux individus avec la même blessure peuvent ressentir des niveaux différents de douleur. Le degré de douleur ressenti peut varier et dépend de différents facteurs comme : la situation dans laquelle la douleur survient, les expériences douloureuses antérieures, votre humeur, vos peurs, votre capacité physique, votre niveau de stress et votre attitude face à cette douleur.Par exemple, un athlète ou un soldat peuvent ne pas ressentir beaucoup de douleur après une blessure jusqu’à ce qu’ils se retrouvent dans un environnement moins intense.

De plus, notre système nerveux a la capacité à réguler l’intensité douloureuse d’une personne à un moment donné. Si une personne a mal au dos, cela peut-être du à son système nerveux devenu hypersensible, même si la blessure initiale (étirement, entorse) a correctement guéri.Cela explique qu’une personne ressent plus de douleur quand elle bouge ou essaie de faire quelque chose meme si elle ne blesse pas plus sa colonne vertébrale.Une fois que les personnes souffrant de mal de dos parviennent à distinguer « le mal » qu’ils ressentent du dommage réel de leur dos, il devient plus simple pour elles de participer au traitement.

7) La chirurgie est rarement nécessaire

Seule une très faible proportion des personnes ayant des maux de dos nécessitent une chirurgie. La plupart des personnes qui ont mal au dos peuvent se prendre en charge en restant actif, en développant une meilleure compréhension de la signification de la douleur, et en identifiant les facteurs qui sont impliqués dans leur douleur.Cela devrait les aider à poursuivre leurs activités quotidiennes sans avoir recours à la chirurgie.En moyenne, les résultats de la chirurgie de la colonne ne sont pas meilleurs à moyen et long terme que le traitement conservateur (sans chirurgie), comme les exercices thérapeutiques.

8) Le port des sacs-à-dos d’école est sûr - il ne faut pas s’inquiéter à propos des sacs d’école

Beaucoup de gens croient que le sac-à-dos lourd que portent les enfants pourrait leur donner mal au dos. Toutefois, les études scientifiques n’ont pas retrouvé de ce lien, révélant qu’il n’y avait aucune différence de poids des sac-à-dos entre les enfants qui développaient des douleurs de dos et les autres. Aussi, si un enfant (ou ses parents) croient que le sac-à-dos est trop lourd, l’enfant aura plus de chance d’avoir mal au dos, soulignant l’importance des peurs dans la survenue de douleurs lombaires.Compte tenu des inquiétudes actuelles portant sur l’inactivité et l’obésité chez les jeunes, le fait de porter un sac-à-dos pourrait être un moyen simple et sûr pour les enfants de faire de l’exercice.

9) La posture parfaite assise n’existe probablement pas

Devons-nous tous nous asseoir bien droit ? Contrairement à la croyance populaire, il n’existe aucune posture assise statique spécifique ayant montré un effet préventif ou de diminution des maux de dos. Les différentes postures assises conviennent plus ou moins bien aux différentes personnes, certains rapportant plus de douleurs lorsqu’ils sont assis très droits, d'autres lorsqu’ils sont avachis. Alors que la posture avachie à mauvaise presse, il n’existe aucune étude scientifique à ce jour qui défende cela. En réalité, beaucoup de gens qui ont mal au dos prennent une posture assise très rigide (par exemple s’asseoir très droit) avec quelques variations.

La capacité à varier notre posture, au lieu de maintenir la même longtemps, combinée à un apprentissage du mouvement dans une position relâchée, et en confiance, est importante pour des maux de dos.

10) Soulever du poids et se pencher est sûr

Les gens qui ont mal aux lombaires croient souvent que les activités comme : soulever une charge, se pencher ou faire une torsion sont dangereux et doivent être évités. Toutefois, contrairement à cette croyance répandue, aujourd’hui, la recherche scientifique ne soutient pas l’idée d’un lien entre les douleurs et ces mouvements.Bien sur, il peut arriver qu’une personne se blesse au dos si elle soulève quelque chose sans faire attention ou qui est plus lourd que ce qu’elle a l’habitude de soulever. De la même façon, si une personne a mal au dos, ces activités peuvent être plus difficiles que d’habitude. Cela ne veut pas pour autant dire que cette activité est dangereuse ou doit être évitée.

Bien qu’une blessure puisse survenir en se penchant ou en soulevant du poids et provoquer un mal de dos, le fait de se pencher et de soulever est une action normale qui doit être pratiquée pour aider à renforcer le dos, de la même façon que l’on reprend la course à pied et le sport après une entorse de cheville.

11) Eviter des activités et se déplacer avec prudence ne vous aide pas à long-terme

Il est banal, spécialement dans les premiers jours d’une lombalgie, de présenter des limitations significatives de mouvements. De la même façon qu’il nous arrive de boiter après une entorse de cheville, cela disparaît généralement lorsque la douleur se calme. Alors que c’est initialement difficile, reprendre les activités qui sont douloureuses ou effrayantes est important. Beaucoup de personnes, après un épisode de douleur lombaire, peuvent commencer à bouger différemment à cause d’une peur de la douleur ou de croyances sur l’activité qui serait dangereuse. Cette altération du mouvement peut-être néfaste à long terme et peut même augmenter les contraintes sur votre dos.

12) Le mauvais sommeil a une influence sur les maux de dos

Quand quelqu’un a mal, il peut être difficile pour lui de passer une bonne nuit de sommeil. Cela fonctionne également dans le sens inverse et des problèmes de sommeil peuvent conduire à des maux de dos dans le futur. De la même façon, un mauvais sommeil peut nous rendre plus stressé, plus fatigué voire épuisé, ou donner des maux de tête, il peut également causer ou entretenir des maux de dos.Donc, l’amélioration des routines et des habitudes de sommeil peut être utile pour réduire la douleur.

13) Le stress, une mauvaise humeur ou des peurs peuvent influencer le mal de dos

L’intensité de douleur peut être influencée par notre état émotionnel. Des maux de dos peuvent survenir à la suite de changements de niveaux de stress, d’humeur ou d’anxiété.De la même façon que ces facteurs influences d’autres maladies comme les boutons de fièvre, le syndrome du colon irritable ou la fatigue, ils ont un effet non négligeable sur le mal de dos. Il en résulte que la gestion du stress, de l’humeur et du niveau d’anxiété à travers des activités plaisantes comme la relaxation peuvent être réellement bénéfique pour votre mal de dos.

14) L’exercice physique est bon et sûr

Beaucoup de gens douloureux sont effrayées à l’idée de faire de l’exercice et l’évitent comme s’ils risquaient d’aggraver leurs problèmes. Alors que ce n’est pas vrai ! Nous savons maintenant que l’exercice physique régulier aide à vous garder (votre corps et votre esprit) en bonne santé, et qu’il permet de réduire la douleur et l’inconfort. Il relâche les tensions musculaires, améliore l’humeur et renforce les défenses immunitaires lorsqu’il est réalisé de façon progressive.Tous les types d’exercices sont bénéfiques, sans grande différence en terme d’efficacité entre les uns et les autres - alors choisissez-en un que vous aimez, que vous pouvez pratiquez facilement et qui vous convient.

Marcher, prendre les escaliers, faire du vélo, courir ou s’étirer sont tous des bons exercices qui aident à relâcher les tensions musculaires de votre corps.Lorsque vous avez mal, le début d’un exercice physique peut être très difficile. Un muscle sous-utilisé est plus douloureux qu’un muscle en bonne santé. Du coup, il va faire mal / tirer après l’exercice, mais cela n’indique pas une blessure de ce muscle.

15) Un mal de dos chronique PEUT s'améliorer

Depuis que nous avons associé les maux de dos à de nombreux facteurs variant entre les individus et que nous avons traités ces individus en ciblant les facteurs pertinents, les patients se sont améliorés et les traitements sont apparus efficaces.L’échec de traitement des maux de dos après de nombreuses tentatives est très frustrant et entraîne parfois une perte d’espoir chez les personnes souffrants.Néanmoins, c’est une situation assez fréquente car la plupart des traitements ne s’intéressent qu’à un seul facteur. Par exemple, une personne reçoit un massage pour ses douleurs musculaires mais la thérapie ne s’intéresse pas aux problèmes de sommeil, à l’état physique général ou au niveau de stress.

En identifiant les différents facteurs impliqués chez chaque individu et en essayant de les traiter, la douleur peut diminuer de façon significative et les personnes peuvent vivent heureuses et en meilleure santé. 

http://www.independent.ie/life/health-wellbeing/15-things-you-didnt-know-about-back-pain-31367264.html

 

 

12 points pour changer notre approche de la lombalgie commune par Peter O’Sullivan PT, PhD (Pain-Ed)

Traduction de l'éditorial du BJSM avec l'accord du rédacteur en chef Karim Khan.

Peter O’Sullivan est le fondateur du groupe Pain-Ed qui œuvre pour le développement des connaissances sur les phénomènes douloureux chroniques  via la recherche clinique.

Dans son éditorial paru dans le British Medical Journal of Sports Medicine, il revient sur l’approche de la lombalgie chroniques et les limites du modèle biomédical. Selon lui, les défis pour le futur de la prise en charge de la lombalgie chronique sont les suivants :

1. Avoir une meilleure compréhension du caractère multidimensionnel de la lombalgie chronique

2.    Développer nos compétences de diagnostic pour identifier clairement une pathologie spécifique à l’origine de la douleur

3.    Développer de meilleures compétences en communication en utilisant l’empathie et des techniques d’entretien motivationnel de façon à mieux écouter nos patients et explorer leur croyances par rapport à leur douleur, leur peur, leur capacité à faire face, leur stress, leur comportement face à la douleur et leur objectif. Cela permettra le développement d’une relation thérapeutique plus efficace et une interprétation plus précise des informations cliniques dans le cadre d’un modèle bio-psycho-social.

4.  Identifier les comportement cognitifs non-adaptés tels que : des croyances négatives, du stress, de l’hyper vigilance, de l’anxiété, du catastrophisme, voir une dépression.

5. Identifier des processus neurophysiologiques tel que la sensibilisation centrale et sensibilisation périphérique

6. Analyser et interpréter la communication qu’emploie le patient par rapport à sa douleur

7.  Interpréter et recouper les informations cliniques provenant de différents domaines

8. Développer une approche multidimensionnelle et des interventions flexibles qui ciblent les comportements cognitifs, l’hygiène de vie et les mouvements non-adaptés

9.   Faciliter un changement comportemental en améliorant les compétences d’empathie, de motivation, de soutien, de créativité en rééducation

10. Développer un réel management pluridisciplinaire lorsqu’il est indiqué

11. Développer un large système de classification qui permettra de catégoriser la présence de facteurs psycho-sociaux, neurophysiologiques, de mouvement non-adaptés ou d’hygiène de vie qui seraient principalement responsables de la symptomatologie

12.  Adopter en pratique courante des outils pour identifier les risques et mieux cibler le traitement.