Jo Gibson

Jo Gibson

SON PARCOURS

Jo a commencé sa carrière comme Kinésithérapeute en 1987 au Queen's Medical Center à Nottingham où sa rencontre avec le Professeur Angus Wallace a nourrit son intérêt pour les pathologies d'épaule.

En 1989 elle déménage à Liverpool et trouve l'opportunité d'approfondir le sujet. Après plusieurs expériences professionnelles Jo a rejoint Simon Frostick en 1996 reconnu comme l'un des premier Kinésithérapeutes spécialiste du membre supérieur en Angleterre. Jo a pu promouvoir la Kinésithérapie en donnant des conférences tant à un niveau national qu'international. En 1999 elle publie le GOST - Guide pour Chirurgien Orthopédique et Kinésithérapeute, pour l'optimisation du management post-opératoire des patients opérés de l'épaule.

Son engagement l'amènera a devenir la co-fondatrice du L'international Congress of Shoulder and Elbow Therapists en 2004. Elle complète par la suite un Master en Pratique Avancée en 2012 et fait désormais parti du Comité de Recherche de la British Elbow & Shoulder Society. Elle est conférencière à l'Université de Liverpool, membre du board de l'European Society of Shoulder & Elbow Rehabilitation (EUSSER) et Chair de la branche éducative de l'EUSSER. Elle a donné de nombreuses conférences en Angleterre et à l'international, a écrit plusieurs articles et plusieurs chapitres de livre.

Pourquoi l'avons-nous choisie ?

Lors du Symposium International sur la Tendinopathie 2014 à Oxford, Jo Gibson fut une réelle découverte. Lors de sa présentation sur le traitement des tendinopathies d'épaule, elle a mis en exergue l'impact des changements corticaux chez le patient chronique. Grâce à un accès à l'IRM fonctionnelle, elle a pu étudier ces modifications centrales sur des patients qui avaient tous échoués lors des prises en charges traditionnellement recommandées de remise en contrainte progressive du tendon douloureux. Elle a établi un lien avec les résultats à des tests cliniques utilisables au cabinet. Puis Jo a pu montrer que l'éducation des patients au fonctionnement neurobiologique de la douleur, couplé à des exercices de facilitation sollicitant les chaines cinétiques dans leur ensemble, permettaient de rééduquer ces modifications corticales. Plus de 80% des patients ont été traités avec succès, mais surtout un suivi sur 3 ans a permis de noter une diminution très significative du taux de récidive (habituellement élevé pour cette population de patients). Le niveau de connaissance scientifique, de réflexion et d'expérience clinique de Jo Gibson force le respect de l'ensemble de ses confrères kinésithérapeutes en Grande Bretagne.


en savoir plus